Retour

Hausse du taux directeur : plus difficile de vendre sa maison

La Banque du Canada hausse son taux directeur pour la première fois en plus de sept ans. Le taux est passé de 0,5 % à 0,75 %. Les taux hypothécaires devraient donc monter, ce qui aura pour conséquence de refroidir le marché immobilier, selon plusieurs spécialistes.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Le marché immobilier de l'Est du Québec se distingue par un grand nombre de propriétés en vente par rapport au nombre d'acheteurs. La hausse des taux d'intérêt risque de maintenir ce caractère de « marché d'acheteurs », selon le professeur au département de sciences économiques de l'Université Laval, Benoît Carmichael.

Benoît Carmichael précise que la hausse du taux directeur n'influence l'économie que sur le moyen terme. « L’effet se fera sentir dans 8 ou 12 mois. Les consommateurs vont ajuster leurs décisions, et avant d’ajuster leur décision, il y a toujours un long délai. »

Consommation

Selon le gestionnaire de portefeuille et conseiller en placement, Daniel Ouellet, la hausse du taux directeur aura un impact sur l'ensemble de la consommation, étant donné le niveau élevé d'endettement des ménages.

Selon Daniel Ouellet, le taux directeur pourrait augmenter à nouveau de 0,25 % d'ici la fin de l'année.

Grande entreprise

Selon Benoît Carmichael, cette hausse ne devrait pas influencer les investissements des grandes entreprises.

« Il faut relativiser. C'est juste un quart de point. Beaucoup des décisions que les banques centrales prennent, ce sont des signaux aux décideurs économiques », détaille-t-il. Le signal d'une hausse du taux directeur signife que l'économie va bien à l'échelle nationale.

L'industrie forestière, aux prises avec de l'incertitude, pourrait cependant pâtir de cette décision de la Banque du Canada. « Pour les entreprises forestières de la région, ce n'est peut-être pas un bon signe. En fait, ça a moins de chance d'être un bon signe », nuance-t-il.

Plus d'articles

Commentaires