Les ventes numériques et la croissance de la diffusion en continu de musique auront finalement eu raison de HMV au Canada. La Cour supérieure de l'Ontario a approuvé vendredi une demande pour la mise sous séquestre de la chaîne de détaillants de musique, ce qui entraînera la fermeture de sa centaine de magasins au pays.

La firme HUK 10, qui avait prêté de l’argent à HMV, avait déposé cette demande de mise sous séquestre jeudi.

La demande indique que la chaîne lui devait 39 millions de dollars. HUK 10 affirmait n’avoir reçu aucun paiement depuis novembre 2014.

Selon des documents déposés en cour, HMV aurait eu besoin de 2 à 5 millions de dollars par année en injection de capitaux pour demeurer en affaires. L'entreprise déclarait plutôt jusqu'à 100 000 $ par jour de perte au cours des dernières années.

Les magasins canadiens devront cesser leurs activités d’ici le 30 avril prochain.

Déjà, vendredi soir, un message circulant abondamment sur les réseaux sociaux, en provenance du compte d'un magasin de Québec, annonçait à la clientèle la fermeture prochaine des magasins HMV au Canada.

Le juge Geoffrey B. Morawetz a désigné Gordon Brothers Canada ULC et Merchant Retail Solutions ULC en tant que responsables de la liquidation de la marchandise de HMV.

HMV Canada avait été vendue à Hilco UK, spécialiste de la restructuration des entreprises de détail, en 2011.

La chaîne compte 102 magasins au Canada et emploie environ 1340 personnes.

Selon la firme Nielsen, les ventes de disques au Canada ont chuté de 21 % de 2015 à 2016. Certes, les ventes de vinyles sont en hausse, mais restent un phénomène limité, avec 664 000 exemplaires écoulés au pays en 2016.

La popularité de la diffusion en continu, ou streaming, a poursuivi sa croissance exponentielle jusqu'à en dépasser les ventes traditionnelles, tant au Canada qu'ailleurs. Aux États-Unis, les écoutes en continu ont même dépassé pour la première fois les ventes de musique numérique en téléchargement, toujours selon Nielsen.

Plus d'articles

Commentaires