Retour

Il est exagéré de parler d’austérité en Atlantique, selon un groupe de réflexion

Les gouvernements des provinces de l'Atlantique n'ont pas cessé d'augmenter leurs dépenses ces dernières années, et il est donc inapproprié de décrire leurs politiques comme étant austères, selon l'Institut atlantique des études de marchés.

L’Institut vient de publier les résultats d’une étude de l’austérité dans la région. L’organisme a étudié les dépenses des quatre provinces depuis 1980, en tenant compte de l’inflation, pour déterminer leur taux annuel de dépense par habitants. Il a aussi mesuré la croissance ou la diminution de ces dépenses d’une année à l’autre.

L’augmentation de la moyenne d’âge en Atlantique ne suffit pas pour expliquer l’augmentation des dépenses publiques. L’auteur de l’étude souligne que le nombre d’élèves diminue dans les quatre provinces tandis que les dépenses publiques en éducation continuent d’augmenter.

L’Institut indique que des pays européens, le Portugal, l’Italie, la Grèce et l’Espagne, ont pour leur part connu une réelle austérité durant la même période. Ces pays, explique-t-il, ont réduit leurs dépenses publiques de 25%, dans certains cas sur deux ans seulement.

Selon le président de l’Institut, Marco Navarro-Génie, le mot austérité est souvent employé au hasard et avec émotion lors de débats sur les finances publiques en Atlantique, et cela ne reflète pas la réalité. Il affirme qu’au contraire, les dépenses publiques ont augmenté considérablement. Il ajoute que la rhétorique des opposants à l’austérité n’est pas conforme à la réalité non plus.

Plus d'articles

Commentaires