Retour

Indice de vitalité économique, Trois-Rivières dernière de la classe

Trois-Rivières se classe bonne dernière des villes de 100 000 habitants et plus selon l'indice de vitalité économique élaboré par l'Institut de la statistique du Québec. Trois-Rivières arrive dernière parmi les grandes villes québécoises en raison notamment du marché de l'emploi.

La ville obtient un indice de 1,20 ce qui la classe au 458e rang des villes du Québec. En comparaison, la municipalité de Lac-Delage avec un indice de 28,22 se classe au premier rang.

Pour les villes de 100 000 habitants et plus, c'est la ville de Lévis qui arrive en tête, suivie de près par Terrebonne et Gatineau. Pour ces trois municipalités, le revenu total médian des 18 ans et plus y est particulièrement élevé.

Parmi les dix localités qui arrivent en haut du classement en 2014, huit sont situées en banlieue de ces grandes villes. C'est le cas notamment de Lac-Delage, de Sainte-Brigitte-de-Laval et de Shannon, situées dans la couronne nord de Québec.

Les municipalités des régions de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent arrivent en queue de peloton au Québec.

En Mauricie

Bécancour se classe au 223e rang au Québec avec un indice de 6.27, suivi de Nicolet à 2,80, de Trois-Rivières à 1,20, de La Tuque à -3.07 et de Shawinigan à -6,12.

Les localités qui présentent un indice de vitalité économique faible sont de petites tailles, éloignées des grands centres urbains avec une population plus âgée. Le déclin démographique, des revenus plus faibles et un taux de travailleurs largement plus bas expliquent aussi les indices négatifs.

Note méthodologique

L’Institut de la statistique du Québec s’est basé sur le niveau de vie des populations, le marché du travail et la dynamique démographique.

L'indice de vitalité économique des territoires représente la moyenne géométrique des variables normalisées de trois indicateurs, à savoir le revenu total médian des 18 ans et plus, le taux de travailleurs des 25-64 ans et le taux d'accroissement annuel moyen de la population sur cinq ans.

Plus d'articles

Commentaires