Retour

Intégration au marché du travail : changer le sort des nouveaux arrivants

Depuis 10 ans déjà, le programme Interconnexion de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain est la porte d'entrée des nouveaux arrivants qui souhaitent faire leurs premiers pas sur le marché du travail et, surtout, trouver un emploi dans leur domaine de compétence. Avec la pénurie de main-d'œuvre actuelle, l'initiative est d'autant plus utile pour changer le sort trop souvent réservé aux immigrants.

« On est en plein emploi au niveau global. Moi, je le dis, s’il y a des immigrants qui [souhaitent aller dans leur] domaine de compétence, allez-y, envoyez vos CV », lance Michel Blanc, président et chef de la direction à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Car, c’est là le but de l’initiative : permettre à des nouveaux arrivants qualifiés de décrocher un travail qui correspond à leurs compétences plutôt qu’un emploi de subsistance.

Le programme, mis sur pied en partenariat avec Emploi-Québec, a permis depuis sa création à 6000 immigrants de tisser des liens avec près de 1100 entreprises dans le but de les aider à trouver un stage, une formation d’appoint ou un emploi dans leur domaine d’expertise.

L'organisme a d’ailleurs augmenté le nombre d'employés affectés à Interconnexion et souhaite tripler le nombre de nouveaux arrivants trouvant un travail qualifié. Actuellement, ils aident près de 1000 immigrants annuellement.

La Chambre de commerce reconnaît cependant qu’elle doit encore composer avec des entreprises aux idées préconçues.

Des « journées découvertes »

Pour faciliter l’interaction entre employeurs et employés potentiels, Interconnexion a créé des « journées découvertes » conçues pour changer le sort réservé aux nouveaux arrivants.

Au programme, rencontre avec les ressources humaines et visite guidée des installations de l’entreprise.

« On a une bonne équipe qui va vraiment les accompagner à chaque étape afin que le processus soit le plus facile pour eux et pour nous. Nous, on n'a pas eu le choix de s'adapter surtout à cause de la pénurie de main-d’œuvre, surtout en TI. Donc pour nous, c'est un nouveau bassin de candidats professionnels, qualifiés », admet Katherine Dufour, spécialiste acquisition de talents senior chez Gameloft, une entreprise française dans le jeu vidéo qui participe au programme et dont le premier studio de développement est à Montréal.

Lors du passage de Radio-Canada, l’entreprise accueillait une dizaine de personnes intéressées par un emploi dans le domaine des jeux vidéo et issues d’Interconnexion.

Mais bien qu'Interconnexion souhaite aider plus de gens, la Chambre de commerce espère tout de même qu’au fil du temps, intégrer les immigrants aille de soi et qu'Interconnexion n'ait plus sa raison d'être.

- Avec les informations de Maxime Bertrand