Retour

Investissement de Québec pour le tourisme au nord du 49e parallèle

Le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière de 820 000 $ pour le développement de l'offre touristique au nord du 49e parallèle.

Avec les informations de Jocelyn Corbeil

Ces investissements serviront au développement numérique des entreprises touristiques et à l'amélioration de l'offre touristique.

De l'argent sera notamment investi pour la réalisation d'un projet d'hébergement prêt-à-camper, pour le soutien à un Pow-Wow et pour le développement d'une entreprise nordique d'expédition de traîneau à chiens, entre autres.

« Le nord du Québec a beaucoup de perles à développer. Présentement, si on parle du secteur de la Baie James, on parle d'environ 135 entreprises qui sont associées au secteur touristique, qui génère environ 840 emplois à temps plein et partiel. Si on regarde du côté Eeyou Istchee, on parle de 26 entreprises du secteur touristique qui offre 275 emplois à temps plein et partiel », indique Jean Boucher, député d'Ungava.

En plein développement

Le tourisme au nord du 49e parallèle est en plein développement, selon la directrice générale de Tourisme Eeyou Istchee, Robin McGinley.

« La région est vraiment en développement, il y a plein d'opportunités et on avance. Presque toutes les communautés cries ont de nouveaux hôtels, de nouvelles auberges, alors on a l'infrastructure en place, on a Air Creebec avec les vols presque quotidiens et maintenant on a des produits culturels pour que les gens puissent vivre la culture crie avec des familles cries. Ça commence à être quelque chose de beau », affirme-t-elle.

Le directeur général de Tourisme Baie-James, Mitchell Dion, souligne que les visiteurs sont ravis de leur séjour dans le nord.

« Les gens, la réaction qu'ils ont, ce qui fascine sur ce territoire-là, c'est l'immensité des routes à perte de vue, la nature sauvage, les rivières spectaculaires. C'est vraiment les grands espaces, c'est grandiose. Généralement, dans les commentaires qu'on reçoit, c'est vraiment une expérience totalement différente de ce qu'on peut vivre ailleurs au Québec », témoigne-t-il.