Retour

L'accord de libre-échange Canada-UE aurait moins d'effets négatifs que prévu à l'Î.-P.-É.

Le responsable du Développement économique à Charlottetown estime que l'accord de libre-échange aura un « effet positif sur l'économie » de la province insulaire, en particulier pour les secteurs de l'agriculture, des pêches et des sciences de la vie.

L'Union européenne est le deuxième partenaire commercial de l'Île-du-Prince-Édouard, après les États-Unis. Elle représente 12 % des exportations internationales de la province.

Je crois que [cet accord] ouvrira davantage de portes et créera davantage d'occasions d'affaires avec notre deuxième partenaire mondial.

Heath MacDonald, ministre du Développement économique et du Tourisme de l'Île-du-Prince-Édouard

L'accord global de libre-échange Canada-UE inquiète toutefois des producteurs de lait et de fromage.

L’entente permettra l’importation de 17 700 tonnes de fromage libre de droits de douane. Il s'agira en grande partie de fromages fins. Un secteur qui est présentement en pleine croissance à l'Île-du-Prince-Édouard.

« Les fromages européens représenteront environ 2 % du marché. C'est dommage parce que c'est un marché que nous avons développé localement », déplore Harold MacNevin, président de l'Association des producteurs laitiers de l'Île-du-Prince-Édouard, qui représente 165 fermiers dans la province insulaire. « Mais d'un autre côté, nous comprenons que l'accord de libre-échange sera bon pour d'autres secteurs de notre économie. »

Programme fédéral d'indemnisation

Le ministre fédéral de l'Agriculture et député insulaire Lawrence MacAulay a annoncé 350 millions de dollars pour indemniser les producteurs laitiers et fromagers au pays qui pourraient subir des pertes en raison de l'accord de libre-échange Canada-UE. Les producteurs sont invités à utiliser ces fonds pour « moderniser » leurs installations.

Les producteurs laitiers de l'Île-du-Prince-Édouard croient que le programme fédéral d'indemnisation leur permettra de demeurer compétitifs malgré l'arrivée de fromages européens.

Ce n'est toutefois pas suffisant aux yeux des producteurs laitiers et fromagers du Québec, qui réclament 750 millions de dollars de plus d'Ottawa.

Le premier ministre Philippe Couillard estime que le programme fédéral d'indemnisation est injuste, puisqu'il prévoit un financement égal pour chaque province, alors que le Québec produit une plus grande part de fromages fins du pays.