Retour

L'aciérie Algoma engage malgré sa restructuration

La compagnie de Sault-Sainte-Marie cherche à engager environ 100 travailleurs avant la fin de l'été. Une nouvelle qui soulage le maire de la Ville, mais qui n'impressionne pas le Syndicat des Métallos.

Un texte de Benjamin Aubé

Algoma - autrefois appelé Essar Steel Algoma après avoir été placée sous la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies en 2015- veut combler 63 emplois reliés à la production, ainsi que 45 autres divers rôles dans la compagnie.

L’aciérie compte environ 2700 employés à Sault-Sainte-Marie, dont 700 sont admissibles à la retraite. La compagnie prévoit d’ailleurs que le quart la prendront d’ici les trois prochaines années.

Toutefois, le nombre total de salariés n’augmentera pas, en raison du nombre significatif de retraites prévu.

« Lorsque les employés approchent la transition vers la retraite, il y a des impacts économiques positifs pour la communauté : un groupe de personnes reçoit une pension, tandis que l’autre groupe reçoit un salaire », explique le vice-président des Ressources humaines, Jim Rennie.

Il souligne que la compagnie a engagé 270 personnes au cours des 18 derniers mois.

La porte-parole d’Algoma, Brenda Stenta, explique que les emplois disponibles incluent ceux de techniciens d'entretien électrique, de techniciens d’entretien mécanique, d’opérateurs de grue, de briqueteurs et de métallurgistes.

Il y a aussi des postes en comptabilité et de superviseurs à combler.

Une compagnie en restructuration

En 2015, Essar Steel Algoma a annoncé qu’elle devait environ 26 millions de dollars à des fournisseurs de la région et 15,1 millions $ à la Ville de Sault-Sainte-Marie.

La porte-parole de l’aciérie souligne que la cour provinciale a récemment approuvé le prolongement du financement des débiteurs en possession de Algoma jusqu’en mars 2018.

Mme Stenta dit être « optimiste » que la restructuration sera complétée « bien avant mars 2018 ».

Réaction du syndicat

Bien que le président du local 2251 des Métallos croit que l’annonce en est une positive, Michael Da Prat affirme qu’elle est mitigée par le fait que le nombre d’employés n’augmentera pas.

Il rétière que des centaines d’emplois à temps plein, surtout liés à l’entretien d’équipement, ont été éliminés au fil des ans aux profits d’entrepreneurs.

« Nous pensons que c’est beaucoup plus efficace d'entraîner une main d’oeuvre permanente qui sait comment entretenir l’équipement », affirme ce dernier.

Les pensions des retraités ou des employés près de la retraite de même que le processus de restructuration de la compagnie figurent parmi les principales préoccupations de M. Da Prat.

Les réalités du Nord

Le maire de Sault-Sainte-Marie explique que le vieillissement de la population touche particulièrement les villes du Nord de la province.

Selon Christian Provenzano, le défi constant est d’attirer plus de jeunes travailleurs et de les encourager à rester.

Si les emplois laissés vacants par les retraités ne trouvent pas preneur, l’exode des entreprises et des spécialistes continuera de se faire sentir, avance le maire.

Les postes affichés chez Algoma rassurent toutefois le M. Provenzano.

« C’est un signe très positif qui démontre que l’aciérie est productive et continuera de l'être dans le futur. J’ai bon espoir que la compagnie pourra trouver les jeunes professionnels qu’elle cherche, autant dans le Nord qu’ailleurs, car il y a beaucoup d’occasions favorables ici », de conclure le maire.

Plus d'articles

Commentaires