L'Alberta a terminé l'année financière 2016-2017 avec une dette nette de près de 9 milliards de dollars, ce qui marque un tournant pour la province qui n'avait pas enregistré de dette depuis près de 20 ans.

Un texte de Laurent Pirot

La crise économique provoquée par la faiblesse des prix du pétrole ampute les revenus de la province, mais ça ne dissuade pas le gouvernement néo-démocrate de poursuivre un ambitieux plan de dépenses pour financer de nouvelles infrastructures, au prix d'un endettement record.

Pour l'année financière qui s'est conclue le 31 mars, le déficit de la province était de 10,8 milliards de dollars, soit 263 millions de plus que prévu dans le budget présenté au mois de mars 2016.

Depuis le dépôt de ce budget, les dépenses du gouvernement ont augmenté de près de 2 milliards de dollars, principalement en raison de la décision de consacrer plus de 1 milliard pour alléger l'effet de la fermeture anticipée des centrales au charbon.

En ce qui concerne les revenus, le gouvernement a enregistré des recettes plus élevées que prévu du côté des hydrocarbures, puisqu'il avait tablé sur un prix du pétrole plus bas que la réalité.

Les revenus globaux sont cependant en baisse en raison de la situation économique et d'une réduction des revenus des ménages et des entreprises, qui ont donc payé moins d'impôts.

Le gouvernement a aussi dû inscrire à son budget une somme de près de 2 milliards pour de possibles pertes liées à la rupture de contrats passés par des centrales électriques au charbon depuis l'entrée en vigueur du plan albertain de lutte contre les changements climatiques.

Le gouvernement prévoit que la situation économique s'améliore nettement cette année, mais pas les comptes publics. Les prévisions pour l'année 2017-2018 font état d'un déficit anticipé de 10,3 milliards de dollars et d'une dette nette de 23 milliards. En 2020, la dette albertaine devrait dépasser 45 milliards.

La province n'avait plus connu de dette nette depuis 1999, puisque la somme de ses avoirs était supérieure à ses emprunts.

Plus d'articles

Commentaires