Retour

L’Alberta souligne les 70 ans d'un de ses plus importants puits de pétrole

Le gouvernement de l'Alberta a souligné lundi le 70e anniversaire de la découverte du puits Leduc No 1, l'un des plus importants puits de pétrole avec une journée portes ouvertes au Leduc No 1 Energy Discovery Centre à Devon, à une trentaine de kilomètres au sud d'Edmonton.

La découverte a changé l'histoire de la province. Cette dernière a d'ailleurs annoncé que le 13 février sera dorénavant le jour du pétrole et du gaz pour souligner la découverte du puits Leduc No 1 qui a marqué le début de l'industrie pétrolière albertaine telle qu'on la connaît.

« Nous n’avons pas réalisé tout de suite ce qui se passait »

Le puits Leduc No 1 a été découvert sur une ferme tranquille près de Devon. Par un froid matin, le 13 février 1947, personne ne s'attendait à ce succès, indique Donald Hunter, le fils du superviseur de plates-formes Vern Hunter.

« C'était excitant, mais nous n’avons pas réalisé tout de suite ce qui se passait », a déclaré celui qui avait à peine 11 ans au moment de la découverte.

« Nous avions eu tellement de déceptions. Nous avions peur que celle-ci n’en soit qu’une autre », a-t-il ajouté.

Le puits de la dernière chance

Les Albertains avaient de bonnes raisons d’être pessimistes. L'entreprise Imperial Oil avait un bien triste bilan : la compagnie venait de forer 133 trous secs.

Après avoir versé des millions de dollars dans la recherche, elle était sur le point d'abandonner complètement l'exploration pétrolière.

Le puits Leduc No 1, à environ 15 km à l'ouest d'Edmonton et à plus de 80 km de tous les sites de forage précédents, était l'un des puits de la dernière chance pour l'entreprise.

Un forage difficile

Le jour du forage a mal commencé. Donald Hunter se souvient encore que son père a été tiré du lit par un appel téléphonique à 4 h du matin. Des défaillances mécaniques à la tête du puits menaçaient de faire dérailler l'ensemble de l'opération.

Il a fallu aux équipes de Vern Hunter plusieurs heures pour réparer la machine. Finalement, vers 14 h, du pétrole a jailli.

« La plupart d'entre nous, même mon père, ne savaient pas à quel point le puits était important », a déclaré Donald Hunter.

Grande migration de travailleurs

Ce n’est qu’une fois que plus de gens sont venus s’établir dans la région et que les investissements se sont multipliés que les bénéfices sont devenus bien apparents.

Quand nous nous sommes installés dans une maison avec de l'eau courante, c'est à ce moment-là que l’importance de la découverte nous a frappés. C’était le paradis!

Donald Hunter, fils de Vern Hunter

Avec le puits Leduc No 1, Imperial Oil venait de trouver ce qui est aujourd’hui appelé la formation Nisku, une région particulièrement riche en pétrole.

D’autres puits ont été forés, déclenchant une migration massive de travailleurs vers l'Alberta. « C'était le plus grand événement économique jamais arrivé au Canada. C'était vraiment un boom », dit Donald Hunter.

Edmonton et Calgary ont vu leurs populations doubler en quelques années. Cette époque frénétique a cimenté la place de l'Alberta en tant que superpuissance énergétique.

« Vous ne pouviez pas louer une chambre d'hôtel, les travailleurs vivaient dans des greniers. Même les employés gouvernementaux responsables de réglementer le secteur de l’énergie n'arrivaient pas à se trouver de logement, alors l'Impériale leur a prêté une cabane. C’était complètement fou, les camions allaient et venaient nuit et jour sur l'autoroute », ajoute Donald Hunter.

Le site du premier puits a été désigné lieu historique national au Canada en 1990.