Retour

L'ALENA au coeur des inquiétudes des producteurs de lait de la région

Les producteurs laitiers refusent que la gestion de l'offre serve de monnaie d'échange dans les négociations pour le renouvellement de l'ALENA. La question a été au cœur des discussions aujourd'hui, à Alma, lors de l'Assemblée générale annuelle du syndicat des producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les producteurs laitiers refusent que la gestion de l'offre serve de monnaie d'échange dans les négociations pour le renouvellement de l'ALENA. La question a été au cœur des discussions aujourd'hui, à Alma, lors de l'Assemblée générale annuelle du syndicat des producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

En annonçant la suspension de l'imposition de droit de douane sur l'aluminium et l'acier canadiens importés aux États-Unis, le président Trump a bien précisé que ce traitement de faveur était lié aux gains qui seraient réalisés à la table de négociation de l'ALENA, et plus particulièrement sur les questions agricoles.

Pour les agriculteurs, il s'agit encore une fois d'une attaque en règle contre la gestion de l'offre qui fixe la production et le prix du lait au Canada.

Malgré les garanties données par le fédéral, cette attaque est inquiétante, admet Mario Théberge, président régional de l'Union des producteurs agricoles (UPA)

D'ailleurs, lors des négociations du traité de libre-échange avec l'Europe, le fédéral a ouvert la porte aux fromages européens, une brèche qui s'est élargie avec la conclusion du Partenariat transpacifique.

« M. Trudeau me l’a dit au mois d’octobre qu’il ne donnerait pas de nouvelles concessions. Disons qu’on va le surveiller de très près et les messages des élus du Québec au parti libéral sont très inquiétants en ce moment », explique Daniel Gobeil, président du syndicat des procureurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les chefs syndicaux de la région croient qu'il ne faut pas jouer le jeu de Donald Trump en mettant en opposition l'aluminium et le lait. Les deux industries jouent un rôle crucial dans l'économie régionale, rappelle-t-on. Il faudra, selon eux, trouver le moyen de sauvegarder l'une et l'autre.