Retour

L'avenir de l'église Saint-Jérôme-de-Matane continue de diviser

Patrimoine Matane revient à la charge pour réclamer que l'église Saint-Jérôme-de-Matane demeure un lieu de culte, malgré les évaluations de la Fabrique Cœur-Immaculé-de-Marie, qui qualifie l'église de gouffre financier.

Un texte de Catherine Poisson

Le président de Patrimoine Matane, Raymond Tremblay, remet en question les états financiers présentés par le conseil de fabrique.

Il se demande notamment si le conseil n'a pas attribué à la paroisse de Saint-Jérôme des coûts provenant d'autres paroisses afin de gonfler le déficit de l'église Saint-Jérôme-de-Matane pour justifier sa vente et sa conversion en salle de spectacle.

« Étant donné qu'ils sont administrateurs de plusieurs paroisses, les chiffres, tant que ça arrive au bout, ils peuvent les mettre dans les colonnes qu'ils veulent sans avoir à les justifier », avance M. Tremblay.

De son côté, le président de la fabrique, Michel Barriault, qualifie cette accusation d'absurde.

« Nos états financiers sont réalisés par une firme comptable et les dépenses de chaque secteur sont attribuées à chaque secteur. On ne peut pas manipuler le comptable », assure-t-il.

Un vote majoritaire, mais critiqué

Le 28 février dernier, le conseil de Fabrique a présenté aux paroissiens son projet de céder l'église Saint-Jérôme à la Ville de Matane, qui pourrait alors la convertir en salle de spectacle.

Après une période de questions limitée à 15 minutes, les paroissiens ont accordé au conseil le mandat d'entamer des pourparlers avec la Ville pour la réalisation du projet.

M. Tremblay regrette cependant que les gens ne disposaient pas à ce moment-là des états financiers de la paroisse et qu'ils n'aient pas pu poser toutes leurs questions.

Il craint également que la conversion de l'église en salle de spectacle ne détruise sa valeur patrimoniale.

Céder l'église pour sauver la communauté

M. Barriault rappelle que la fréquentation des églises est en baisse et que la fabrique n'a plus les moyens de préserver ses deux églises. Il fallait donc se départir de la plus coûteuse.

« L'église Saint-Rédempteur est celle qui coûte le moins cher au niveau de l'entretien, alors le choix est facile à faire. Même si nos revenus diminuent, on est capable de préserver un minimum de communauté catholique à Matane », explique M. Barriault.

Selon le carnet de santé de l'église Saint-Jérôme-de-Matane, sa remise à neuf coûterait 2,1 millions de dollars si les travaux sont réalisés rapidement. Mais comme ils pourraient s'étaler sur plusieurs années, les coûts pourraient grimper rapidement, prévient le président de la Fabrique.

La Ville de Matane n'a pas encore pris position sur une éventuelle cession de l'église Saint-Jérôme-de-Matane, mais plusieurs rencontres ont eu lieu entre les autorités municipales et le conseil de fabrique.