Retour

L’éclairage nocturne pourrait coûter plus cher aux municipalités du Nouveau-Brunswick

La société Énergie NB veut augmenter ses tarifs pour l'éclairage de nuit, mais sa proposition suscite l'opposition de l'Union des municipalités du Nouveau-Brunswick.

L’organisme dénonce la proposition de tarifs qu’il juge non équitable. « Énergie Nouveau-Brunswick, dans les audiences présentes sur les tarifs 2018-2019, propose un tarif qui aura un rapport recette-coût d'environ 195%, alors presque double », déplore Margot Cragg, directrice générale de l’Union des municipalités.

En fait, selon l'organisme, les municipalités sortiront beaucoup plus d'argent de leur poche que la société d'État, et les vrais payeurs seront les résidents.

« Ce sont les résidents dans les municipalités qui vont payer avec leurs impôts et qui vont perdre si les municipalités ne peuvent pas fournir dans les infrastructures qu'on utilise chaque journée », affirme Margot Cragg.

La Ville de Dieppe utilise l’éclairage DEL pour épargner, mais elle estime qu’une surenchère des tarifs la frapperait de plein fouet.

« Les municipalités à travers le Nouveau-Brunswick ont énormément de difficultés à boucler leur budget, affirme le maire de Dieppe, Yvon Lapierre. On trouve que toutes ces petites choses-là s'additionnent, s'ajoutent et créent des situations inconfortables. »

Richibucto ressentira aussi l’inconfort en cas de nouvelle tarification à la hausse.

« Maintenant, il y a une chose qui est certaine parce qu’à un moment donné, dépendamment de ce que ça représente comme coût, il va falloir faire des évaluations à savoir comment on répond à ces besoins-là, à ces réalités financières », explique Roger Doiron, maire de Richibucto.

La qualité des infrastructures et l'offre des services pourraient en prendre un coup. L'Union des municipalités réclame l'équité entre ses membres et Énergie NB.

« Nous avons dit au CESP : “Vous autres, vous avez dit qu'il y a un principe qui dit que le rapport recette-coût devrait être à peu près égal.” C'est clair que présentement, ce qui est proposé ne suit pas votre principe. Qu'est-ce que vous allez faire? », demande Margot Cragg.

La Commission de l'énergie et des services publics (CESP) se donne jusqu'en avril pour se pencher sur la demande des municipalités.

Par courriel, Énergie NB dit reconnaître les préoccupations des municipalités.

D’après un reportage de Wildinette Paul