Retour

L'économie circulaire : comment utiliser ce qui ne sert plus aux autres?

Comment favoriser l'économie circulaire sur la Côte-Nord? C'est la question que se sont posés les quelque 150 personnes qui ont participé au Colloque Azimut, jeudi, à Baie-Comeau.

Un texte de Marlène Joseph-Blais

Les représentants d'entreprises et d'organismes publics tenteront de s'inspirer de ce qu'ils ont vu sur place, des réussites d'ailleurs au Québec. Cela dit, ils espèrent surtout que leur participation à ce colloque leur permettra de créer des liens et de favoriser une meilleure synergie entre leurs organisations.

L'objectif de l'économie circulaire, « c'est vraiment de tirer le maximum au niveau économique et de limiter la quantité de déchets qui est enfouie », explique Michael Cosgrove, administrateur de la Chambre de commerce de Manicouagan et membre du comité organisateur du Colloque Azimut.

Partenariats réussis

Sans savoir qu'elles faisaient précisément de l'économie circulaire, certaines entreprises nord-côtières ont déjà créé des partenariats qui s'apparentent à cette démarche.

C'est le cas de Voltige Communication et ImageXpert qui se sont rapprochées au mois d'octobre. Les deux entreprises de Baie-Comeau étaient en concurrence puisqu'elles offraient des services très similaires.

Elles ont choisi de travailler ensemble et d'offrir chacune une partie des services pour proposer, ensemble, une expérience « clé en main » à la clientèle.

« On a fait l'acquisition du volet production, tout ce qui est l'imprimerie, fini, tangible. Eux font le service-conseil, web, médias sociaux, formation », décrit la copropriétaire de Voltige Communication, Marie-Eve Morin.

Comme d'autres participants au Colloque Azimut, elle se demande maintenant s'il est possible d'utiliser des matières résiduelles d'autres entreprises. « Pour des petites communautés comme [la nôtre], de s'entraider, d'être moins compétitifs entre nous, ça permet d'être plus forts finalement », indique Marie-Eve Morin.

Accompagnement

Les responsables d'entreprises et organismes qui souhaitent créer des partenariats avec d'autres organisations pour réutiliser leurs déchets ou partager certains services, par exemple, peuvent être accompagnés par Édith Corbeil. Elle est chargée de projet en économie circulaire à la Société d'aide au développement des collectivités (SADC) de Manicouagan.

Le concept peut aussi s'appliquer aux entreprises de services. « Utiliser une ressource humaine qui est sous-utilisée, la partager avec une autre entreprise. Ça peut être au niveau des locaux, du transport aussi », illustre Édith Corbeil qui est responsable de la démarche Synergie Manicouagan.