Retour

L'espoir de revoir les Nordiques à Québec en chute libre

À peine 14 % des résidents de la région de Québec croient encore au retour des Nordiques d'ici 5 ans, selon un sondage SOM réalisé pour Radio-Canada. L'espoir de revoir une équipe professionnelle dans la capitale ne cesse de s'effriter depuis l'ouverture du Centre Vidéotron.

Un texte de Jonathan Lavoie

« Définitivement, l’optimisme qui était de mise en 2015, début 2016, a fondu clairement comme neige au soleil. On n’y croit plus », commente le coprésident de SOM, Éric Lacroix.

Près du tiers des 884 personnes qui ont répondu au sondage croit même que les Nordiques ne reviendront jamais.

Ces résultats s’expliquent en partie par les nombreux revers qu’ont essuyés la Ville et Québecor dans ce dossier. Les Hurricanes de la Caroline ont été rachetés par un milliardaire et les rumeurs de déménagements se sont taries.

L’octroi d’une équipe à Las Vegas et la décision de la Ligue nationale de hockey (LNH) de permettre à Seattle de se soumettre à un processus d'expansion comptent aussi pour beaucoup dans la baisse d’optimisme des partisans face à un retour des Nordiques.

« Le fait que Québec ne soit pas choisie, alors que Las Vegas l'a été, je pense qu'effectivement, c'est ça qui a eu l'effet d'une douche froide et qui a amené le pessimisme que l'on constate actuellement », résume Éric Lacroix.

Dans des sondages semblables réalisés par Cogeco Nouvelles et Radio-Canada en juin 2015 et février 2016, plus de la moitié des gens de Québec croyaient toujours à un retour d’une équipe professionnelle d’ici deux à trois ans.

« Marché satisfaisant », sans plus

Le spécialiste en marketing du sport Frank Pons explique que ce sont surtout des facteurs économiques qui plombent la candidature de Québec. « Québec, c'est un marché qui est satisfaisant, mais qui n'est pas excellent. »

Selon lui, les marchés de Seattle et de Houston sont beaucoup plus alléchants que Québec aux yeux de la Ligue nationale de hockey.

Bien que Québec ait été retenue comme finaliste dans la dernière phase d’expansion, Frank Pons rappelle que le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a repoussé la candidature de Québec aux calendes grecques.

« On a été complètement ignoré dans ce processus-là et ça veut dire quelque chose. Ça veut dire qu'en termes d'expansion, en termes de gain commercial intéressant, Québec n'est pas du tout sur la carte. »

Selon l’expert, le seul avantage de Québec en ce moment, c’est le Centre Vidéotron. La ville est prête à recevoir une équipe dans un très court laps de temps et le meilleur espoir, quoiqu’assez mince, demeure le déménagement d’une équipe déjà existante.