Retour

L’hebdomadaire Le Peuple Lévis ferme ses portes

Incapable de vendre l'hebdomadaire Le Peuple Lévis, Transcontinental a décidé, mercredi, de mettre la clé sous la porte.

Neuf employés du journal ont appris à leur arrivée au travail, mercredi matin, qu'ils perdaient leur emploi.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) dénonce la façon de faire de Transcontinental. Pierre Roger, secrétaire général de la Fédération nationale des communications (FNC–CSN), souligne que les travailleurs n’ont pas eu de préavis.

« Les gens qui travaillent au journal arrivaient sur le lieu du travail et immédiatement, on leur a demandé de ramasser, faire le ménage, de quitter les lieux parce que le journal fermait. […] Évidemment, les gens étaient sous le choc ».

M. Roger affirme que la fermeture est d’autant plus surprenante que Le Peuple Lévis, malgré le contexte difficile dans le domaine de la presse régionale, semblait tirer son épingle du jeu.

« Au Peuple Lévis, la situation économique n’était pas si détériorée que ça. Les patrons indiquaient aux gens il y à peine quelques semaines qu’ils étaient dans les objectifs de vente publicitaire, que le tirage était bon, que tout allait bien. Donc, c’est vraiment très surprenant pour les gens d’apprendre la fermeture du journal. »

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, est pour sa part malheureux de voir une page d'histoire se tourner.

« Je suis malheureux parce que la couverture locale des activités, c'est quelque chose. Le citoyen tient à ça. [...] Les hebdos, c'est une pépinière de formation pour de grands journalistes », a-t-il commenté.

Depuis avril dernier, Transcontinental tente de vendre 93 journaux régionaux au Québec et en Ontario.

Jusqu'à maintenant, seulement 16 publications ont été vendues, notamment Le Peuple Lotbinière et 2 autres hebdos de Drummondville, dont la vente a été annoncée mercredi.

Le Peuple Lotbinière a été vendu à Meliormédia pour une somme non précisée, ce qui entraînera le transfert de trois employés.

Plus d'articles

Commentaires