Retour

L'hiver n'en finit plus mais les équipes demeurent aux aguets

L'hiver nous offre un nouveau soubresaut avec une tempête mélangeant neige, grésil et pluie verglaçante. Le printemps, théoriquement arrivé, tarde à s'installer. Les services d'un déneigeur peuvent encore être requis et ce, même si certains entrepreneurs ont terminé leurs contrats. Les consommateurs doivent donc regarder attentivement leurs contrats.

Un texte de Lise Millette

Gilles Boutin, président de Déneigepro à Val-d'Or compte sur une équipe de huit personnes pour assurer le service à sa clientèle.

Une fois les opérations hivernales terminées, il s'occupera de tonte de pelouse et de tourbe.

Facturation hors-saisonLe modus operandi est toutefois différent Chez Massicotte Déneigement de Rouyn-Noranda.La durée des contrats varie:certains prennent fin le 31 mars, d'autres le 15 avril. Au-delà de ces dates, les activités sont facturées aux clients à la pièce.

La facturation « hors saison » est aussi une avenue adoptée par le ministère des Transports du Québec. Le conseiller en communication à Transports Québec, Luc Adam, a mentionné sur les ondes de l’émission Des matins en or que les contrats s'arrêtent généralement autour du 10 avril.

Cela signifie que les entrepreneurs voient leurs responsabilités levées pour les différents circuits qui leur ont été attribués. Les équipes doivent néanmoins rester en veille afin d'être prêtes si des tempêtes surviennent.

« On arrive à une saison qu'on appelle "post-saison", soutient M. Adam. Tous les entrepreneurs doivent demeurer prêts à intervenir, mais c'est le ministère des Transports qui fait la veille météo et qui indique à l'entrepreneur quand il doit intervenir. C'est ce qui a été fait dimanche, alors les entrepreneurs, les 70 camions, sont sur les routes et interviennent jusqu'à la fin de la tempête. »

Le ministère des Transports rémunère également ces sorties « à l'intervention ».

Contrats établis sur une moyenneDans les municipalités, la réalité est différente, comme le directeur des Travaux publics et services techniques à Rouyn-Noranda, Réjean Lesage.« Nous n'avons pas vraiment de date de fin. Les entrepreneurs doivent être prêts dès le 1er novembre pour déneiger et ensuite ils sont responsables de chaque tempête qui arrive. Donc c'est fréquent d'avoir des tempêtes comme celle-ci, au mois d'avril, on en a une ou deux par année. C’est plus rare après le 10 avril, ce pourquoi les contrats du ministère se terminent à cette date, mais dans notre cas, on n’a pas de date de fin », affirme M. Lesage.Les contrats octroyés par la Ville s'échelonnent sur plusieurs années et sont établis en fonction d'une moyenne de sorties.« Ce qui influence un contrat de déneigement c'est le nombre de sorties estimées. Les entrepreneurs viennent faire une évaluation de leur nombre de sorties annuelles et les entrepreneurs planifient un certain nombre de sorties au mois d'avril. Il est plutôt rare qu'après le mois d'avril, on ait besoin d'épandre de l'abrasif ou autre. Ils y vont sur une moyenne. Ils doivent fournir un prix annuel alors ils y vont vraiment selon une moyenne », ajoute Réjean Lesage.Les contrats octroyés par la Ville de Rouyn-Noranda s'échelonnent généralement sur trois ans et sont établis en fonction d'une moyenne de sorties des équipes de déneigement.

Plus d'articles