Retour

L'Île-du-Prince-Édouard cherche de la main-d'oeuvre spécialisée

L'industrie de la construction à l'Île-du-Prince-Édouard lance une importante campagne de recrutement dans le but d'attirer ou de rapatrier des centaines de travailleurs spécialisés dans la province d'ici le milieu de la prochaine décennie.

Un texte de François Pierre Dufault

La province insulaire connaît une pénurie de main-d'oeuvre spécialisée, affirment des représentants de l'industrie de la construction. Cette pénurie, disent-ils, risque de s'aggraver si rien n'est fait d'ici quelques années avec le départ à la retraite prévu de près d'un travailleur sur cinq.

L'Association de la construction de l'Île-du-Prince-Édouard a donc décidé de lancer une campagne de recrutement à la radio et dans les médias sociaux. Le message : « si vous connaissez quelqu'un qui pratique un métier de la construction, assurez-vous de lui faire part des occasions d'emploi [à l'île]. »

Les entrepreneurs de la province estiment qu'ils auront besoin d'au moins 1800 travailleurs spécialisés d'ici six ou sept ans. Ils en cherchent près d'une centaine à l'heure actuelle.

La pénurie de main-d'oeuvre spécialisée fait d'ores et déjà grimper le coût des projets de construction, affirme Sam Sanderson, directeur général de l'Association de la construction de l'Île-du-Prince-Édouard. La main-d'oeuvre disponible doit, selon lui, travailler des heures supplémentaires pour livrer les projets à temps.

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Main-d'oeuvre, Sonny Gallant, appuie la campagne de recrutement de l'industrie de la construction. Il aimerait faire d'une pierre, deux coups.

L'Île-du-Prince-Édouard connaît aussi une pénurie de logement, rappelle le ministre. La province a donc besoin d'une main-d'oeuvre suffisante pour construire de nouvelles habitations.

Plus d'articles

Commentaires