Retour

L’incubateur d’entreprises l’Alt Numérique prend forme

Lancée en 2016, l'idée de créer un incubateur d'entreprises en imagerie numérique et en nouvelles technologies dans les locaux du Centre de développement et de recherche en imagerie numérique (CDRIN) du Cégep de Matane s'est vraiment concrétisée au cours des derniers mois.

Un texte de Joane BérubéQuatre entreprises en démarrage sont maintenant installées dans les locaux de l’incubateur d’entreprises en imagerie numérique et en nouvelles technologies, l’Alt Numérique. Depuis mai dernier, l’Alt Numérique est devenu un organisme à but non lucratif et se prépare à inaugurer officiellement ses locaux au cours des prochaines semaines.

Le conseiller à la Société d’aide au développement des collectivités (SADC) responsable du projet de l’Alt Numérique, Steve Coll, évalue le potentiel de création d’emplois de ces entreprises à une vingtaine environ.

Un écosystème pour les entreprises

L’incubateur profite de l’expertise du centre de transfert technologique en imagerie numérique et des formations offertes au cégep comme photographie, animation en 3D ou multimédia.

Les entreprises peuvent aussi obtenir le soutien de partenaires comme la SADC, Emploi-Québec, la MRC ou la Ville. « Ça peut ouvrir des portes pour faire avancer les projets. La force de l’Alt Numérique, c’est ce lien avec tous les partenaires », relève le président du conseil d’administration, Benoît Lévesque-Beaulieu.

La concrétisation de l’Alt Numérique, poursuit M. Lévesque-Beaulieu, répond aussi au rêve du milieu matanais de créer un terreau favorable au développement de l’entrepreneuriat numérique.

L’idée de l’Alt, c’est aussi de créer une synergie, explique son président. « Déjà, on a quatre, on amène des talents à rester ici. Ça ne peut être qu’exponentiel », soutient-il.

Parce que le projet ne veut pas seulement attirer de jeunes entrepreneurs, mais aussi permettre aux finissants du cégep de développer leurs compétences et acquérir leurs premières expériences de travail à l’Alt Numérique.

Le milieu matanais avait besoin d’une place pour retenir ces jeunes talents, explique Steve Coll.

Bureaux satellites

C’est pour cela que l’Alt Numérique a aussi développé en cours d’année un projet pour tirer parti des besoins ponctuels de main-d’œuvre d’entreprises déjà existantes. « On veut, explique Steve Coll, faire du démarchage auprès d’entreprises pour qu’elles s’installent ici comme bureaux satellites. Les entreprises ont besoin de talents. Avec les finissants du cégep, on peut répondre à ce besoin. »

Si les jeunes finissants du cégep trouvent un emploi de cette manière, la Matanie trouvera ainsi le moyen de garder ces jeunes talents, ajoute M. Coll.

Une expérience du genre a été récemment menée avec succès par l’Alt Numérique. Deux jeunes finissants, embauchés par une entreprise de Montréal, se sont installés pendant quelques mois à l’Alt Numérique. L’expérience acquise a permis à un des deux jeunes de décrocher un autre contrat dans la région.

Steve Coll croit qu’il y a un bon potentiel auprès d’entreprises de Montréal et de Québec spécialisées dans le domaine de l’imagerie numérique. « Le pied carré à Montréal, le pied carré à Québec, nous on offre ça, à moindre prix, et ça devient tentant pour eux pour un contrat de six ou huit mois », fait-il valoir.

Pour certaines entreprises, ajoute Benoît Lévesque-Beaulieu, ce sera aussi l’opportunité de dire oui à un projet sans avoir besoin d’agrandir leurs bureaux ou dans des postes.

Mieux se faire connaîtreIl reste encore un pas important à franchir pour l’Alt Numérique qui rêve d’embaucher un coordonnateur à temps plein qui pourrait développer ce projet de bureaux satellites et mieux faire connaître les projets des entreprises incubées.

Une demande a été déposée au fonds de développement Desjardins.

L’incubateur compte entre 45 bureaux de travail. L’objectif en trois ans est de recruter 20 entreprises et entre 30 et 40 personnes qui pourraient travailler à l’Alt Numérique ponctuellement pour des contrats avec des entreprises de l’extérieur de la Matanie.