Retour

L’industrie forestière contribue à la construction de maisons abordables à Toronto

Donald Trump ne veut peut-être pas du bois de l'Ontario, mais Habitat pour l'humanité de Toronto est preneur. La Ontario Forest Industries Association (OFIA) a annoncé sa participation pour la construction de 15 maisons pour familles à revenus dans la métropole ontarienne.

Un texte de Francis Bouchard

Jeudi, des dizaines de bénévoles incluant des représentants de l’industrie forestière et des politiciens ont mis la main à la pâte pour entamer la construction de ces maisons dans le secteur Scarborough.

Les matériaux ont été fournis par les différentes entreprises forestières membres de l’association provinciale.

La présidente et directrice générale de l’OFIA, Jamie Lim, explique que c’est la façon pour son association de souligner le 150e anniversaire du Canada. « Ce projet est pour fêter cette ressource renouvelable qui a soutenu des communautés, ainsi que des hommes et des femmes pendant des générations. Nous voulons aussi célébrer l’avenir de l’industrie forestière », indique Jamie Lim.

Le secteur forestier en Ontario a lui, plus de 200 ans, a-t-elle rappelée.

Le maire de Hearst, Roger Sigouin qui a aussi participé à l’initiative croit important pour l’industrie forestière de faire valoir davantage la durabilité de la ressource.

L’économie de sa ville repose essentiellement sur l’industrie forestière.

La ministre des Richesses naturelles et des forêts de l’Ontario, Kathryn McGarry a également assisté au début des travaux de construction des maisons.

Bois d’œuvre

L’OFIA est revenu à la charge sur l’imposition de droits compensateurs de 20 % sur le bois d’œuvre par le département du Commerce des États unis. La PDG Jamie Lim qualifie ces droits « d’illégaux » et de « ridicules » puisque les Américains ne produisent pas eux-mêmes suffisamment de bois pour satisfaire à leur propre demande.

Elle ajoute que ces droits font augmenter les prix du bois pour la classe moyenne et les consommateurs des deux côtés de la frontière.

« Nous avons parlé au gouvernement fédéral et encourageons le premier ministre Trudeau à assurer d’un dénouement positif qui garde les scieries de l’Ontario ouvertes et les gens au travail. »

L’OFIA demande aussi à Ottawa d’offrir un programme de garanties de prêts pour les entreprises forestières touchées par les mesures protectionnistes américaines.

Plus d'articles

Commentaires