Retour

L'Office national de l'énergie donne le feu vert à l'expansion du terminal Trans Mountain

L'Office national de l'énergie (ONE) a déterminé que le projet d'expansion du pipeline Trans Mountain de la compagnie Kinder Morgan remplit toutes les conditions nécessaires. L'ONE autorise maintenant l'agrandissement du terminal Westridge Marine à Burnaby en Colombie-Britannique.

Les dirigeants du projet Trans Mountain souhaitent ainsi permettre le chargement de trois pétroliers à la fois, soit deux de plus que les installations actuelles, et accroître le volume d'échange de carburant possible avec son autre terminal à Burnaby.

Dans une lettre publiée mercredi sur son site Internet, l'Office national de l'énergie confirme que le projet Trans Mountain devait se soumettre à 157 conditions et que celles reliées au terminal ont aussi été satisfaites.

Trans Mountain a soumis un nouveau plan de protection de l'environnement entourant la construction et l'opération du terminal le 17 août qui, selon l'ONE, répond aux inquiétudes soulevées à l'égard du projet et démontre avoir tenu des consultations publiques additionnelles.

La compagnie n'a pas émis de commentaire, mais son site Internet confirme que la construction du terminal doit débuter en septembre.

La Colombie-Britannique résiste

Le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a récemment annoncé qu'il se joignait à la bataille juridique contre l'expansion de Trans Mountain et a reçu le statut d'intervenant cette semaine dans un recours lancé par des groupes des Premières Nations et des municipalités qui s'opposent à la décision d'Ottawa d'avoir sanctionné le projet.

Le nouveau gouvernement britanno-colombien a aussi prévenu Trans Mountain plus tôt au mois d'août que la construction ne pouvait aller de l'avant sur les terres de la Couronne sans l'approbation finale de la province.

Le premier ministre John Horgan avait promis en campagne électorale qu'il stopperait le projet "par tous les moyens possibles".

Le gouvernement libéral de Christy Clark avait, avant d'être défait, émis un certificat environnemental donnant le feu vert à Trans Mountain.

Le ministre de l'Environnement George Heyman a confirmé que le terminal de Burnaby et ses entrepôts se trouvent sur un terrain privé, mais que le tracé du pipeline empiétera sur des terres autochtones et publiques.

Plus d'articles

Commentaires