Retour

L'Ontario finance 57 projets destinés à sa francophonie

Un total de 57 projets se partagent une première tranche de 2 millions de dollars dans le cadre du Programme d'appui à la francophonie ontarienne (PAFO). Ce programme a été créé l'an dernier pour favoriser les activités culturelles et communautaires à l’intention de la communauté franco-ontarienne.

Un texte de Caroline Bourdua

La ministre des Affaires francophones, Marie-France Lalonde, devait annoncer l’octroi des subventions au Collège Boréal à Sudbury, mais le mauvais temps a cloué son avion au sol.

L’annonce des projets retenus s’est donc faite par vidéoconférence.

« Plusieurs des projets pouvaient s’échelonner sur deux ans, et on permettait jusqu’à 50 000 $ par année », explique le président de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), Carol Jolin.

Un autre million est prévu pour de nouveaux projets qui pourront être soumis cet été.

Mais le financement sera distribué seulement en 2019-2020.

L’attente en vaut la peine selon l’AFO, parce que près de 160 projets avaient été soumis.

« Lors de la création du programme, il y avait une certaine crainte quant au nombre de demandes, dit M. Jolin. Je suis content que la communauté ait répondu haut et fort. »

Dès 57 projets retenus, une bonne majorité provient de petits organismes souvent trop modestes pour concurrencer les plus gros.

L’AFO, qui avait d’ailleurs soumis une proposition, n’a pas été retenue, mais elle compte faire une nouvelle demande cet été.

Année électorale

Les Ontariens iront aux urnes en juin et le président de l’AFO croit que peu importe l’issue du vote, l’argent prévu pour 2019-2020 est là pour y demeurer.

Selon M. Jolin, les montants alloués aux organismes franco-ontariens permettront à la communauté tout entière de se rapprocher des objectifs inscrits dans son plan stratégique Vision 2025, qui affirme entre autres « que le fait de pouvoir vivre et socialiser en français est devenu une norme – et non une revendication ».

Dans une dizaine de jours, l’AFO aura par ailleurs une rencontre avec la ministre Mélanie Joly, dont les fonds fédéraux destinés aux communautés francophones en milieu minoritaire sont gelés depuis 10 ans.