Retour

L’Ontario nie avoir conclu une méga-entente avec Hydro-Québec

Le gouvernement de l'Ontario ne s'apprête pas à signer un accord d'approvisionnement en électricité de 20 ans avec Hydro-Québec, affirme l'attaché du ministre ontarien de l'Énergie, selon qui « l'article [à ce sujet] de La Presse est incorrect ».

L’attaché Colin Nekolaichuk confirme que des discussions ont eu lieu entre les deux provinces.

Toutefois, le prix demandé par Hydro-Québec demeure trop élevé, selon une lettre datée du 27 juillet du ministre ontarien de l’Énergie, Glenn Thibeault, à son homologue québécois, Pierre Arcand.

Or, la flambée des tarifs en Ontario est déjà une épine politique au pied des libéraux, à un an des élections.

Le gouvernement ontarien vient de lancer en juillet un programme de réduction des tarifs, financé grâce au rééchelonnement de la dette liée à ses investissements dans le secteur de l'électricité.

Dans sa lettre à son homologue québécois, le ministre Thibeault ajoute que l'offre d'Hydro-Québec « nécessiterait une baisse importante [de l'utilisation] des énergies renouvelables (éolienne, hydroélectrique et solaire) » déjà produites en Ontario.

Poursuite des négociations

L'attaché du ministre Thibeault précise toutefois que les pourparlers vont se poursuivre avec le Québec, sans donner d'autres détails.

De son côté, le chef des conservateurs ontariens, Patrick Brown, accusait déjà le gouvernement, avant la publication du démenti d'une entente, d'avoir « négocié en cachette », mettant « en péril des milliers d'emplois », une « mauvaise entente pour l'économie de l'Ontario et les abonnés ».

Hydro-Québec exporte déjà de l'électricité en Ontario. Selon une entente conclue en 2016, par exemple, la société publique s'est engagée à fournir à l'Ontario 14 térawattheures d'énergie d'ici 2023, à raison de 2 térawattheures par année. Les négociations en cours visent à bonifier cette entente.

Plus d'articles

Commentaires