Retour

L’Ontario tente toujours de rendre l’assurance automobile plus abordable

Le conseiller du ministre des Finances, David Marshall, propose des changements majeurs pour réduire les coûts d'assurance automobile et améliorer le système ontarien qui, selon lui, est l'un des « moins efficaces au pays ».

Un texte de Philippe de Montigny

Même si le nombre d’accidents de voiture en Ontario – notamment les accidents graves ou mortels – diminue, le coût des réclamations d’assurance automobile augmente, selon le rapport du conseiller du ministre des Finances, David Marshall, qu’il a présenté au gouvernement de la province cette semaine.

La prime moyenne en Ontario en 2015 était de 1458 $ par véhicule, ce qui représente le double du montant payé par les Québécois. Les Ontariens déboursent près de 55 % de plus que les Canadiens, qui ont payé en moyenne 930 $ la même année.

Le rapport propose notamment :

  • d’interdire la plupart des règlements en espèces;
  • de mettre en oeuvre des programmes de soins obligatoires pour le traitement des blessures courantes;
  • de mettre sur pied des centres d’examen indépendants en milieu hospitalier pour effectuer des évaluations médicales;
  • d'accroître le rôle de l’Office ontarien de réglementation des services financiers en ce qui a trait à la surveillance et aux enquêtes dans le système d’assurance automobile.

Adopter un régime public?

Le rapport étudie la possibilité d’adopter un régime public d’assurance automobile, géré par le gouvernement provincial, comme en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et au Manitoba. L’auteur ne croit cependant pas que ce soit la solution.

Le Bureau d’assurance du Canada, qui représente bon nombre de compagnies d’assurance automobile en Ontario, se penche en ce moment sur les recommandations du rapport.

« Nous avons déjà un marché régulé pour les produits que nous vendons et c’est offert par des compagnies privées et c’est un système qui fonctionne bien pour les automobilistes ontariens », affirme le porte-parole Steve Kee, qui constate cependant une hausse « démesurée » des réclamations au cours des dernières années.

Un objectif de 15 % de réduction

La province espère atteindre la réduction des primes de 15 % promise il y a quatre ans. Mais selon le rapport, il ne faut pas réduire les prestations accordées aux automobilistes pour y parvenir.

Le ministre des Finances, Charles Sousa, n’était pas disponible pour une entrevue vendredi.

Dans une déclaration écrite, il a affirmé que le gouvernement fera des consultations sur ces recommandations et présentera un compte-rendu dans les prochaines semaines.

Plus d'articles

Commentaires