L'Université a nommé, cette semaine, une nouvelle secrétaire générale pour une période d'un an, qui travaillera à partir du campus de Lévis. Il s'agit du cadre responsable de l'intégrité juridique et des documents officiels de l'institution.

Le professeur Pierre Cadieux, qui est également membre du conseil d'administration de l'université, craint que d'autres postes de cadres soient graduellement transférés vers le campus de Lévis : « les dossiers peuvent tranquillement se déplacer, dit-il, et un moment donné tout notre archivage, tout ce qui concerne nos documents officiels pourrait se retrouver à Lévis. »

Pierre Cadieux craint que ce déplacement de personnel dépouille, lentement mais sûrement, le campus de Rimouski.

Tranquillement, sans qu'on s'en rende compte, on va déplacer un poste, deux postes, trois postes, et éventuellement, on se retrouvera peut-être comme des sièges sociaux qui ne sont que des coquilles vides.

Pierre Cadieux, professeur à l'UQAR et membre du conseil d'administration

Une situation temportaire, selon le recteur

De son côté, la direction de l'Université du Québec à Rimouski rappelle que cette nomination est temporaire. Elle assure aussi que la nouvelle secrétaire générale se rendra régulièrement au campus de Rimouski et n'entraînera pas d'autres départs de cadres vers son campus de la rive sud de Québec.

Le recteur, Jean-Pierre Ouellet, rappelle que cette nouvelle secrétaire générale ne sera en poste que temporairement, pour une période d'un an. Il précise que cette solution était avantageuse dans le contexte budgétaire actuel de l'Université, qui profite du programme de mobilité des cadres du réseau de l'Université du Québec, ce qui signifie que l'UQAR ne payera que 40 % du salaire de sa nouvelle secrétaire générale.

On avait besoin d'avoir une période qui était dédiée à temps plein à ces fonctions-là, la solution actuelle est très satisfaisante dans le contexte.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'UQAR

Jean-Pierre Ouellet espère que la situation financière de l'université s'améliorera au cours de la prochaine année, ce qui permettrait de combler ce poste de façon permanente à Rimouski.

D'après les informations d'Ariane Perron-Langlois