Retour

L'usine Fruits de mer Madeleine de L’Étang-du-Nord change de mains

Quatre des cinq actionnaires fondateurs procèdent à un transfert intergénérationnel de l'usine. Trois crabiers se joignent aussi à la compagnie des Îles-de-la-Madeleine qui demeurera entièrement de propriété madelinienne.

Un texte de Joane BérubéHéliodore Aucoin, Claude Poirier, Henri-Claude Poirier et Robert Thériault qui ont fondé l’entreprise en 1991 cèdent leurs actions à leurs enfants qui ont pris le relais de leurs entreprises de pêche respectives.

Les pêcheurs Paul Chevarie et Denis Éloquin, qui deviennent actionnaires, débarqueront dorénavant leurs prises à l’usine de Fruits de mer Madeleine ce qui permettra de hausser l’approvisionnement d’environ 20 %.

Une trentaine d’employés pourrait s’ajouter aux 160 déjà sur place, si l’entreprise ne rencontre pas de difficultés de recrutement.

Une cinquantaine de crabiers approvisionnent l’usine qui transforme de multiples espèces : homard, buccins, poissons de fond, pétoncle, etc. L’entreprise fonctionne presque neuf mois par année, terminant la transformation au début décembre et reprenant à la mi-mars avec les premières récoltes de pétoncles.

Claude Poirier demeurera président du conseil d’administration auquel se joindront les pêcheurs Bruno-Pierre Bourque, Paul Chevarie et Denis Éloquin.

Le directeur général, Pierre Deraspe, a accepté de signer un nouveau contrat à long terme.

Les Fruits de mer Madeleine exportent 60 % de sa production au Japon et 35 % vers d’autres pays dont principalement les États-Unis et la Chine. Seulement 5 % des produits marins de Fruits de mer Madeleine sont dirigés vers le marché local et québécois.

Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, mais les Fruits de mer Madeleine réalisent annuellement un chiffre d’affaires de près de 50 millions de dollars.

Plus d'articles

Commentaires