La Banque Royale du Canada (RBC) éliminera 450 postes, principalement au sein de son siège social à Toronto, mais aussi dans d'autres bureaux de la région, dans le cadre d'efforts de modernisation.

« Nous consolidons (des activités) lorsque c'est nécessaire pour nous permettre de réinvestir dans des secteurs clé, comme le numérique, les nouvelles technologies ainsi qu'à des endroits où le potentiel de croissance est élevé », a indiqué mercredi une porte-parole, Catherine Hudon, par courriel.

La Banque Royale (TSX:RY), qui compte plus de 80 000 employés à temps plein et à temps partiel, procédera également à de nombreux changements en ce qui a trait aux promotions de ses employés ainsi qu'aux transferts.

Au cours des dernières années, les banques canadiennes ont réduit leurs dépenses afin que leurs profits poursuivent leur croissance dans un contexte de faible croissance économique au Canada.

Virage numérique

Les banques ont aussi investi davantage dans les nouvelles technologies pour répondre aux besoins de leurs clients, particulièrement les plus jeunes. Ces derniers sont plus intéressés à effectuer leurs transactions en ligne plutôt que de se déplacer dans des succursales bancaires.

L'analyste Jim Shanahan, de la firme Edward Jones, évalue à environ 3 milliards de dollars la somme des charges liées aux restructurations effectuées par les institutions financières depuis cinq ans.

« Elles ont remplacé des gens avec des systèmes technologiques leur permettant de réduire leurs coûts », a-t-il dit.

L'analyste a ajouté qu'il n'y avait pas eu de réductions significatives du personnel dans les succursales au cours de cette période. « Il semble y avoir une occasion pour les banques d'être plus agressives à ce chapitre », a affirmé M. Shanahan.

Plus d'articles

Commentaires