Retour

La boîte de conserve, symbole de la société de consommation

La conserve en métal a révolutionné les habitudes alimentaires au cours des deux derniers siècles. Cet objet du quotidien a grandement influencé le milieu industriel, militaire et alimentaire des Canadiens. Le marché de la conserve vit aujourd'hui une véritable transformation et doit s'adapter aux nouvelles tendances qui bouleversent l'univers de l'alimentation.

Un texte de Marie-Michelle Lauzon

Mais comment cette petite boîte métallique est-elle arrivée à remplir les garde-manger de presque tous les foyers du monde?

Nourrir les soldats

L’histoire de la boîte de conserve en métal est dès le début liée à l’histoire militaire.

La première conserve a été inventée vers 1795 en France par le confiseur Nicolas Appert. Il s’aperçoit que l’on peut conserver des légumes en les déposant dans un récipient, fermé hermétiquement, dans de l’eau portée à la température de 100 degrés Celsius. Il ne fera pas breveter son invention, conscient déjà du progrès qu’elle représente et de ce qu'elle peut apporter à l'humanité.

C’est une innovation importante à l’époque, puisque la conserve permettait de préserver la nourriture et de la transporter plus facilement. D’abord en verre, le contenant de la conserve est rapidement remplacé par le métal.

C’est un moyen de nourrir les soldats lors des guerres napoléoniennes. Souvent isolés, ces derniers pouvaient consommer fruits, légumes et protéines en zone de guerre.

Mais avant la révolution industrielle, la conserve était un produit mal aimé et cher. Les risques de contamination étaient très élevés.

La révolution industrielle vient bouleverser le marché de la conserve.

Vers la fin du 19e siècle, le train facilite le transport des aliments dont l’importation et l’exportation sont beaucoup plus accessibles.

La main-d’oeuvre est remplacée par de nouvelles technologies et l’arrivée des femmes en usine pendant la Première Guerre mondiale transforme massivement le marché du travail. La production de conserves explose.

L’essor des conserveries

L’industrie de la conserve se développe rapidement au Canada.

William Davies devient une des plus grandes entreprises du secteur et a longtemps eu le monopole de la conserve au pays. Elle est basée à Toronto, en Ontario.

Elle devient, en 1868, la première usine de mise en conserve de viande de porc. À la fin du 19e siècle, elle est la plus importante entreprise canadienne d’exportation de conserves pour l’Empire britannique. Chaque année, 80 000 porcs sont abattus pour être mis en conserve dans son usine de Toronto.

Comme les autres entreprises, William Davies connaît un énorme succès et augmente énormément sa production au moment de la Première Guerre mondiale. Ses conserves de porcs deviennent un produit indispensable pour nourrir les milliers de soldats coincés dans les tranchées.

Mais les aliments en conserves étaient loin de faire l’unanimité.

Après la Première Guerre mondiale, William Davies connaît des difficultés financières et fusionne avec d'autres pour devenir Canada Packers. L'entreprise fusionne avec Maple Leaf Mills dans les 1990 pour finalement devenir la marque Maple Leaf Food.

Un produit de guerre devenu produit domestique

Populaire auprès des soldats pour son aspect pratique et nutritif, la conserve était loin de faire l’unanimité chez les consommateurs. Ces derniers reprochaient notamment aux aliments d'avoir un goût de métal et craignaient la contamination et la prolifération de bactéries.

Tranquillement, le produit se retrouve plus accessible, moins cher, et surtout de plus en plus apprécié des consommateurs.

Campbell

Comme l’entreprise Heinz, la compagnie Campbell a dominé le marché de la conserve au 20e siècle avec l’invention de ses soupes condensées en conserve, une première à l’époque.

À partir des années 1940, la conserve se démocratise. Elle se retrouve dans toutes les maisons et toutes les épiceries. L’arrivée de la télévision vient propulser les ventes de conserve avec des publicités qui vantent l’aspect nutritif, rapide, abordable et délicieux des produits.

Mais dans la deuxième partie du 20e siècle, l’arrivée des produits surgelés, les tendances alimentaires et les habitudes de consommation viendront changer le rôle de la petite boîte métallique, forçant l’industrie à s’adapter et à changer ses méthodes de production.

Avec la collaboration de Vincent Wallon

Plus d'articles