Retour

La C.-B. veut devenir intervenante dans des causes contre le pipeline Trans Mountain

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a déposé des demandes pour obtenir le statut d'intervenant dans des causes juridiques opposées à l'expansion du pipeline Trans Mountain de la pétrolière Kinder Morgan.

Les troupes néo-démocrates du premier ministre John Horgan avaient annoncé plus tôt ce mois-ci que la province chercherait à se joindre aux batailles juridiques engagées contre le fédéral qui a approuvé le projet de 7,4 milliards de dollars. Elles avaient également annoncé l’embauche de Thomas Berger, un ancien juge à la Cour suprême de la Colombie-Britannique, à titre de conseiller judiciaire spécial.

De nombreuses Premières Nations et municipalités ont déposé des recours judiciaires contre le projet qui souhaite tripler la capacité du pipeline qui relie l’Alberta à la Colombie-Britannique et qui augmenterait le nombre de pétroliers dans les eaux au large de Vancouver.

Le ministre de la Justice David Eby soutient que la majorité du pipeline est en Colombie-Britannique et que le gouvernement doit être en mesure de représenter les intérêts des Britanno-Colombiens, surtout que l’Alberta a déjà obtenu le statut d’intervenant. « Nous avons de toute évidence une position différente de celle de l’Alberta quant aux avantages de ce projet », lance-t-il.

L’Alberta avance depuis longtemps que l’agrandissement de l’oléoduc est nécessaire pour transporter plus de pétrole vers la côte ouest et ensuite vers les marchés asiatiques.

Le gouvernement libéral précédent avait délivré un certificat environnemental pour ce projet plus tôt cette année, mais John Horgan a promis durant sa campagne électorale que lui et son parti feraient tout en leur pouvoir pour le stopper.

David Eby précise que les arguments qui seront mis de l’avant, si la Colombie-Britannique obtient le statut d’intervenant, restent à développer. Son gouvernement s’attend à ce que la décision soit rendue rapidement puisque les causes juridiques doivent commencer cet automne.

Trans Mountain, une filiale de Kinder Morgan, a déjà dit que les travaux d’expansion commenceront en septembre, mais la Colombie-Britannique avance de son côté que seulement trois des huit plans de gestions environnementales ont été acceptés, empêchant les travaux de commencer.

Plus d'articles

Commentaires