Retour

La C-.B. veut interdire le transport de charbon thermique américain

En représailles au nouveau conflit sur le bois d'oeuvre avec les États-Unis, la chef libérale et première ministre sortante Christy Clark demande à Ottawa d'interdire le transport de charbon thermique à travers la Colombie-Britannique, dont celui provenant des États-Unis.

« Nous sommes passés de voir les Américains comme de bons partenaires commerciaux à des partenaires hostiles », a-t-elle déclaré quand elle a été interrogée mercredi sur les raisons motivant cette demande.

Mme Clark ajoutait par ailleurs que cette requête est une idée à laquelle les libéraux réfléchissent depuis un moment. « Maintenant que les négociations sur le bois d’œuvre sont dans l’impasse, nous sommes libres de faire ce changement », a-t-elle soutenu.

Privilégier le charbon métallurgique

« Le charbon thermique est terrible pour l’environnement. Il acidifie nos océans et accélère les changements climatiques. Nous sommes dans une situation unique pour arrêter ça », a-t-elle également déclaré.

« Durant des années, les exportations de charbon thermique vers le Canada ont augmenté en raison du manque de capacité dans les ports américains », argumente-t-elle dans une lettre envoyée au premier ministre Justin Trudeau.

« En éliminant l’envoi de charbon thermique vers les ports de la Colombie-Britannique, nous pouvons augmenter notre capacité pour le charbon métallurgique utilisé pour l’acier et non pas celui brûlé pour produire de l’électricité », avance Mme Clark.

Décision à visée électoraliste?

Malgré l'ambiance de campagne qui règne, le leader des verts Andrew Weaver a tenu à saluer la sortie de son opposante politique. « Les États de Washington, de l'Oregon et de la Californie ont déjà pris la décision d'interdire le transport de charbon thermique depuis bien longtemps, il est grand temps que la Colombie-Britannique s'y mette », commente-t-il.

Andrew Weaver rappelle également qu'il avait déjà proposé cette mesure sous forme d'amendement il y a trois ans et que le Parti libéral comme le Nouveau Parti démocratique avaient voté en défaveur de la proposition.

« J'espère sincèrement que cette décision de la première ministre n'est pas juste une opération dans le cadre de sa campagne électorale », lance-t-il.

Même scepticisme du côté du centre de réflexion Dogwood Initiative. « Avec une élection dans deux semaines, les libéraux ont besoin de pouvoir s'appuyer au moins sur une mesure pro-environnement », fustige Ariel Ross, spécialisée sur les questions de charbon au sein de l'organisme.

« Je suis tout de même contente de voir que la première ministre a fait un pas simple pour mettre fin aux trains de charbons américains qui viennent polluer la Colombie-Britannique. C'est le moment de rejoindre le 21e siècle et fermer le chapitre de cette industrie mourante », poursuit-elle.

Selon Ariel Ross, plus de 60 000 partisans de Doogwood Initiative soutiennent une campagne qui appelle à mettre fin au transport de charbon thermique dans la province.

Plus d'articles

Commentaires