Retour

La cause Comeau sur le commerce interprovincial soulève des espoirs en Outaouais

La cause Comeau sur le commerce interprovincial, en Cour suprême, soulève plusieurs espoirs dans la région. Des producteurs de bière d'Ottawa et de Gatineau espèrent que cette cause mènera à l'annulation des barrières tarifaires entre les provinces.

La Cour suprême du Canada se penche actuellement sur la constitutionnalité d'une loi adoptée dans les années 1920 et qui restreint la quantité d'alcool qui peut être importé du Québec vers le Nouveau-Brunswick.

Si Gérard Comeau, de Tracadie au Nouveau-Brunswick, gagne sa cause, la décision du plus haut tribunal du pays pourrait avoir des conséquences sur les règles régissant le commerce entre les provinces.

C'est du moins ce que souhaite le vice-président et cofondateur de la microbrasserie gatinoise les Brasseurs du temps (BDT).

Marc Godin affirme que les règles actuelles l'empêchent d'exporter ses produits de l'autre côté de la rivière des Outaouais, en raison des frais qu'il devrait payer et qui grugent toute marge de profit que son entreprise pourrait faire.

« On n’est pas motivé du tout à le faire parce qu'il y a trop de frais », soutient M. Godin. « Il y a des frais pour faire approuver nos bières par l'Ontario, il y a des frais pour l'exportation et des frais d'intermédiaire à la distribution », explique-t-il.

Ce dernier indique que ces règles sont un frein à la croissance de sa compagnie.

M. Godin déplore qu'il n'y ait même pas de libre-échange entre le Québec et l'Ontario.

« On se fait entre nous ce qu'on n’aime pas que Donald Trump [le président américain] propose de nous faire », dit-il. « Pendant ce temps-là, ce sont les multinationales qui en profitent ».

Les audiences de la cause Comeau ont débuté mercredi en Cour suprême et devraient se terminer jeudi.

Avec les informations de Laurie Trudel

Plus d'articles

Commentaires