Retour

La cession du site de l'hippodrome à la Ville de Montréal enfin officialisée

La Ville de Montréal s'engage à démolir l'hippodrome d'ici deux ans, dans le quartier Côte-des-Neiges, après avoir enfin finalisé l'entente de cession du site avec le gouvernement du Québec et la Société nationale du cheval de course.

Le maire Denis Coderre et le ministre des Finances, Carlos Leitao, ont officialisé le transfert de propriété du terrain situé à l’ouest du boulevard Décarie, mardi, lors d’une conférence de presse à l’hôtel de ville de Montréal. Il aura fallu cinq ans de négociations pour en arriver à cette annonce.

Cela permettra de relancer un projet de nouveau quartier, qui doit compter au moins 5000 logements, évoqué pour la première fois en 2012. Ce projet sera soumis à l’Office de consultation publique de Montréal.

Les bâtiments existants seront démolis et le site, décontaminé. À ce sujet, le président du comité exécutif, Pierre Desrochers, ne s’attend pas à de mauvaises surprises.

« Ça a été soit agricole, soit pour un hippodrome, donc on a identifié de petits endroits, mais c'est très limité. On pense que ce sont des anciens réservoirs de mazout utilisés pour le chauffage. La contamination initiale qu'on voit, c'est minime par rapport à l'ensemble du terrain », affirme-t-il.

Pas de résidents avant 2023

Le plan dessiné par la firme Rayside Labossière, en collaboration avec la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges (CDC-CDN), prévoyait un quartier misant sur le concept de rue partagée, où la place de la voiture serait limitée.

Le secteur est déjà desservi par la station de métro Namur, sur la ligne orange. En plus des maisons et logements, on y retrouverait des commerces de proximité, plusieurs services et des parcs.

La Ville promet environ 30 % de logements sociaux et communautaires, moins que les 2500 réclamés par la CDC-CDN.

« Moi, je suis optimiste. Je ne dirais pas en quelle année spécifiquement, mais je crois vraiment qu'on va avoir un projet intéressant à l'hippodrome », croit l’organisatrice communautaire Jennifer Auchinleck, de la CDC-CDN.

Dans une déclaration transmise aux médias, la chef de Projet Montréal, Valérie Plante, s'inquiète pour sa part de la place accordée au logement abordable. « Nous espérons que le projet proposé ne répètera pas les erreurs du projet de l’ancien Hôpital de Montréal pour enfants telles qu’elles ont été identifiées par l’OCPM, notamment en ce qui a trait au manque de grands logements pouvant héberger des familles. Par ailleurs, la Ville doit être plus ambitieuse en matière de logements sociaux et abordables sur ce site. Elle doit aller plus loin que les cibles qu'elle impose généralement aux promoteurs et viser 20 % de logements sociaux et 20 % de logements abordables », affirme-t-elle.

L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville s'inquiète aussi de l'impact d'un tel projet sur la circulation automobile dans le secteur.

Le lien Cavendish-Cavendish

La Ville annonce aussi une mise à jour des études concernant le raccordement des deux tronçons du boulevard Cavendish, ce qui permettrait de désenclaver le secteur.

À l’heure actuelle, Cavendish se termine en cul-de-sac au nord et au sud de l'hippodrome.

Québec et la Ville de Montréal partageront les recettes de la vente du terrain et seront partenaires dans ce projet immobilier.

Ouvert en 1907, l’hippodrome Blue Bonnets a fermé ses portes en 2009.

Le site a notamment servi en 2011, lorsqu’un amphithéâtre temporaire de 80 000 places y a été aménagé pour accueillir un spectacle du groupe irlandais U2.

Avec des informations de Benoît Chapdelaine

Plus d'articles

Commentaires