Retour

La chute du prix du pétrole, l'Acadie perd au change

Il y a près d'un an, le prix du baril de pétrole chutait, perdant plus de la moitié de sa valeur en six mois. Depuis, les répercussions se font sentir partout au Canada. Dans l'est du pays, ça signifie que plusieurs travailleurs sont de retour à la maison, et au chômage.

C'est le cas de Matthew Noël, 27 ans. M. Noël est l'un de ces Acadiens qui rêvent de retourner travailler à Fort McMurray, lui qui est machiniste sur le point d'être certifié. Pourtant, il ne trouve plus d'emploi. Après huit mois de recherches et un nouveau-né à la maison, le temps presse.

« Cette fois-ci, c'est sûr que c'est plus compliqué de trouver un emploi à cause des prix du pétrole. C'est sûr, ils ont coupé beaucoup de jobs, c'est pas mal ça la grosse différence », dit-il.

Sylvie Paradis a créé De l'Est à L'Ouest Job Center, une agence de placement pour aider les Acadiens à se trouver de l'emploi dans l'Ouest. Depuis un an, elle constate le ralentissement dans l'embauche des entreprises pétrolières en Alberta.

« Le succès est beaucoup plus lent [...] les personnes qui sont qualifiées, qui ont des métiers comme les mécaniciens, les soudeurs, les machinistes, tous ceux qui ont des cours, ils sont placés beaucoup plus vite », affirme Sylvie Paradis.

Sylvie prévient ses clients : la réalité a bien changé au pays des sables bitumineux depuis la chute des prix du pétrole.

Les loyers sont plus dispendieux, les bureaux sont remplis et on y cherche des employés qualifiés. Bref, le calme règne à Fort McMurray.

Le conjoint de Mme Paradis, Michel Bernard, a travaillé pour Shell et est maintenant employé par Conoco Philipps. M. Bernard souligne qu'on voit un ralentissement des investissements des pétrolières, que les grands projets d'agrandissement sont sur la glace et que des travailleurs de la construction ont perdu leur emploi.

Et les prévisions de l'industrie sont assez sombres. M. Bernard confie qu'au sein de l'industrie, on cible la fin 2016 ou le début 2017 pour voir une reprise des cours du pétrole. Tout dépendra évidemment de la réaction des marchés internationaux.

Plus d'articles

Commentaires