Retour

La construction d'une tour inquiète les citoyens du Vieux-Limoilou

Le projet de construction d'une tour de 18 étages sur le site de l'actuelle église Saint-François-D'Assise, dans le Vieux-Limoilou, provoque de vives inquiétudes chez les citoyens du quartier. La plupart affirment que l'immeuble est beaucoup trop haut et qu'il ne cadre pas du tout avec le quartier.

Un texte de Jean-François Nadeau

Le promoteur, Acéro, souhaite construire 103 unités de logements, surtout des lofts, mais aussi quelques 3 et demi et des 4 et demi. Les loyers coûteraient entre 900 et 1600 $ par mois.

Le projet a été présenté au conseil de quartier du Vieux-Limoilou, mercredi soir, devant une salle bondée. Les citoyens ont été nombreux à exprimer leur colère.

« Le projet est beaucoup trop massif, estime Monique Lapointe. On va répéter l'erreur du développement de la colline Parlementaire. Ce n'est pas un projet à échelle humaine. Ça n'a pas sa place dans un quartier comme celui-ci. Ça me jette par terre. On veut la qualité de vie. Moi, je n'y vois que des problèmes. »

« Ça fait une semaine que je ne décolère pas et je vais repartir encore plus enragé, a renchéri un autre citoyen, Jean Robitaille. Ça me donne le goût d'aller payer mes taxes ailleurs. »

Le promoteur explique que des études ont été réalisées pour mesurer les impacts de la tour sur l'ensoleillement et les vents dans le quartier. Dans les deux cas, Benoît Raymond assure que les impacts seraient mineurs pour les voisins et les piétons.

La tour, qui serait voisine de l'hôpital Saint-François-D'Assise, aurait 18 étages du côté de la 1re Avenue, mais deux étages derrière, du côté donnant sur la rue Saint-Martial, pour limiter l'impact visuel.

Les deux étages du bas seraient occupés par des commerces de proximité. Les promoteurs prévoient également une terrasse commune et un chalet urbain sur le toit.

Plusieurs résidents décrient les coûts des loyers. Ils estiment que la plupart des gens de Limoilou n'auront pas les moyens de louer un appartement dans la tour. Ils craignent l’embourgeoisement du quartier qu'ils veulent garder populaire.

L'autre principale critique concerne le stationnement sous-terrain de 119 cases. Les citoyens ne comprennent pas que l'entrée et la sortie aient été prévus sur la rue Saint-Martial, qui est étroite et qui connaît déjà des problèmes de circulation à cause de la proximité de l'hôpital.

Le promoteur rappelle que la question de la circulation a été étudiée par des experts de la ville de Québec. Une ruelle sera aussi ajoutée pour désengorger la rue Saint-Martial.

Benoît Raymond a également expliqué qu'il a présenté trois projets à la Commission d'urbanisme de la ville de Québec et que la Commission était favorable au dernier, celui présenté aux citoyens.

Pour l'instant, le zonage du quartier permet des constructions d'un maximum de 5 étages et 20 logements. S'il veut réaliser son projet, le promoteur devra d'abord obtenir un changement de zonage, ce qui n'est pas encore fait.

Benoît Raymond s'est dit en mode écoute. « Nous sommes en processus de consultation, dit-il. Nous allons évoluer dans le projet avec les commentaires. »

Advenant le cas où le projet irait de l'avant, la construction prendrait de 12 à 14 mois.