Retour

La CTT va considérer d'autres fournisseurs pour ses nouveaux tramways

Le conseil d'administration de la Commission de transport de Toronto a adopté la motion du maire adjoint Denzil Minnan-Wong. La CTT fera une étude de marché et entamera un processus de préqualification pour évaluer les entreprises intéressées à lui fournir 60 tramways de plus.

Un texte de Lyne-Françoise Pelletier

La CTT a présentement l'option d'acheter ces véhicules de Bombardier après avoir reçu environ le tiers de la commande initiale de 204 tramways. Elle doit décider cet automne si elle exercera cette option ou non.

Le maire adjoint Minnan-Wong, qui siège au conseil d'administration de la CTT, croit que c'est le bon moment pour sonder le terrain et voir qui est prêt à faire concurrence à Bombardier.

La CTT approuve

Le PDG de la Commission de transport de Toronto, Andy Byford, souligne qu'un plan de rechange serait utile compte tenu des multiples problèmes de contrôle de qualité et de délais de livraison de Bombardier.

À ce stade, plus d'une centaine de tramways aurait dû être livrée à la CTT ; or seulement 40 véhicules ont été reçus, selon son PDG. Un total de 70 véhicules devraient être livrés d'ici la fin de l'année.

Andy Byford estime que la véritable épreuve pour Bombardier viendra lorsque le fournisseur devra accélérer la cadence de sa production pour livrer sept tramways ou plus par mois.

L'entreprise m'a confié que cet échéancier est ambitieux, a-t-il déclaré lors de la réunion mensuelle de l'agence des transports.

Bombardier confiant

Bombardier, pour sa part, réitère qu'elle a respecté tous ses échéanciers au cours de la dernière année et qu'elle continuera sur cette voie pour livrer les 204 tramways à temps à la fin de 2019.

Le fournisseur québécois a mis en place de nouvelles mesures pour régler ses problèmes de production. Un nouveau quart de travail à son usine de Thunder Bay commencera bientôt. Pour améliorer la qualité de son produit, des pièces sont maintenant fabriquées en Europe et transportées par avion plutôt que par bateau.

Défis à surmonter

Mais conclure une entente avec un nouveau fournisseur présentera plusieurs défis pour la Commission de transport.

Elle devra maintenir des pièces de rechange pour deux types de véhicules et offrir une nouvelle formation à ses conducteurs. Les tramways devront être adaptés aux besoins du réseau de la CTT qui comprend des rails étroits, des courbes raides et des collines.

La commande n'est que de 60 véhicules et elle pourrait s'avérer plus coûteuse que l'entente convenue avec Bombardier.

Plus d'articles

Commentaires