Retour

La Fédération québécoise des municipalités veut un contrôle des coûts de la SQ

La Fédération québécoise des municipalités lance une nouvelle offensive pour que la Sûreté du Québec soit assujettie à un mécanisme de contrôle des coûts. La FQM réclame que l'augmentation ne dépasse pas le taux d'inflation.

Les municipalités du Québec paient actuellement 53 % du budget de la Sûreté du Québec.

Les coûts augmentent depuis plusieurs années, selon les maires. Ils demandent au gouvernement de plafonner la hausse des coûts.

« Qu'on ne fasse pas partie des négociations avec les policiers, soit, mais qu'on ait une prévisibilité au niveau de la facture. On n'est pas prêts à signer les ententes si on n'a pas cet élément de prévisibilité-là », affirme le président de la Fédération québécoise des municipalités, Richard Lehoux.

La FQM négocie depuis plus d'un an avec le ministère de la Sécurité publique l'entente concernant les coûts et les services offerts par la SQ. L'entente devrait avoir une durée de dix ans. La FQM demande aux municipalités de ne rien signer, tant qu'ils n'auront pas l'assurance que la hausse des coûts sera plafonnée.

La Fédération affirme avoir l'appui de la majorité des maires qu'elle représente. À Saint-Agapit, dans Lotbinière, la facture pour les services de la SQ est passée de 395 000 $, l'an passé, à 415 000 $ cette année, selon la mairesse, Sylvie Fortin-Graham.

Il y a quelques années, c'était 200 000 $. J'ai déjà vu des hausses jusqu'à 30 %. On invoque un peu le principe de l'actionnaire majoritaire pour demander d'avoir un cran d'arrêt pour nos contribuables.

La mairesse de Saint-Agapit, Sylvie Fortin-Graham.

« C'est un montant qui est constamment en hausse, explique pour sa part le préfet de la MRC de Témiscamingue, Arnaud Warolin. Ça chiffre quand même au-dessus d'un million de dollars pour une région de 16 000 habitants. On nous demande de payer la facture, sans avoir un mot à dire quant à la gestion, à la répartition des effectifs. »

La FQM dit avoir formulé sa requête à plusieurs reprises au ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. Au bureau du ministre, on indique que Martin Coiteux consulte présentement différents corps policiers de la province et des partenaires afin de trouver des solutions pour réduire les coûts de les desserte policière.

Plus d'articles

Commentaires