Retour

La fermeture de la mine de diamants Victor n'étonne pas

La compagnie minière De Beers a annoncé mercredi la fermeture de sa mine de diamants, située près d'Attawapiskat, au bord de la baie James. Or, cette fermeture était déjà prévue.

Un texte de Jean-Loup Doudard

L’annonce n’a fait que confirmer l’échéancier prévu par De Beers. La production cessera au printemps 2019.

De 70 à 80 emplois seront éliminés entre 2018 et 2019. Le reste des 500 employés seront remerciés lors de la fermeture.

Environ 70 employés seront retenus lors de la phase de démolition et de nettoyage qui s’étendra sur trois à cinq ans, à compter de 2019.

Une bonne partie des employés de la mine Victor proviennent des Premières Nations environnantes, notamment Attawapiskat.

Le chef de la Première Nation Attawapiskat, Ignace Gull, n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevues jeudi. Le PDG de De Beers Canada, Kim Truter, affirme toutefois avoir eu une discussion positive avec les chefs autochtones locaux.

Le maire de Timmins Steve Black se dit déçu, mais pas surpris. Il affirme être en contact avec De Beers depuis plusieurs mois à ce sujet.

« Nous savions que la mine approchait la fin de vie […] C’est décevant pour les fournisseurs d’équipement minier à Timmins », dit-il.

Un sous-traitant, Northec Construction, a reçu le contrat d’assainissement, en partenariat avec un organisme local de développement économique, Attawapiskat Enterprises.

Du temps de prévoir le coup

Les dirigeants de De Beers ont communiqué mardi aux employés leur intention de fermer la mine dans 15 mois.

Cela donne le temps aux sous-traitants et aux employés de retomber sur leurs pattes, explique le consultant en développement communautaire pour la Corporation de développement économique de Timmins, Antoine Vézina

« L’expérience que les fournisseurs et les employés ont acquise avec les années avec De Beers, c’est positif, dit-il. Donc, ça va leur permettre de trouver d’autres emplois et d’autres contrats ailleurs. »

Kim Truter note que certains employés de la mine Victor ont déjà été mutés vers la mine Gahcho Kué, dans les Territoires du Nord-Ouest.

Une fois l’assainissement du site terminé, la compagnie minière devra assurer un suivi environnemental sur une période d’environ cinq ans, tel que l’exige la loi.

Plus d'articles

Commentaires