Retour

La Gaspésie et les Îles en tête de liste des investissements régionaux

Les investissements de plus d'un milliard de dollars liés à la construction de la cimenterie de Port-Daniel-Gascons et ceux nécessaires à la construction des derniers parcs éoliens expliquent ces chiffres pour la Gaspésie.

C'est pour ces mêmes raisons que la croissance gaspésienne est soutenue depuis 2010, mais comme l'explique l'économiste de l'Institut de la statistique du Québec, Guillaume Marchand, il faudra s'attendre à une diminution de cette donnée dès l'an prochain. Une réalité qu’il ne faut pas entrevoir de façon négative, selon lui. « Les immobilisations qui ont été construites vont continuer à fonctionner pendant plusieurs années et vont continuer à contribuer à l'économie de la région », rappelle M. Marchand.

C'est évident que dès 2017, on va sentir une grande baisse, et 2018 une autre très grande baisse, mais il ne faut pas voir ça négativement en fait

Guillaume Marchand, économiste de l'Institut de la statistique du Québec

Croissance des investissements au Bas-Saint-Laurent

Le Bas-Saint-Laurent suit pas très loin derrière avec une croissance des investissements de près de 40 %.

Ces chiffres s'expliquent aussi par la construction de parcs éoliens, mais surtout par les investissements dans l'administration publique, comme la santé et l'éducation, constate l'économiste. « Donc l’administration publique est quand même importante dans la région. »

On s’attend à 220 millions d’investissements des administrations publiques et là on parle du fédéral, du provincial et du local.

Guillaume Marchand, économiste de l'Institut de la statistique du Québec

Pour le Bas-Saint-Laurent, Guillaume Marchand remarque néanmoins une diminution importante dans le secteur manufacturier d'un peu plus de 30 millions de dollars. « Des années de suite de baisse, c’est peut-être des signes de ralentissements dans le secteur manufacturier » dit l’économiste.

Côte-Nord

C'est la Côte-Nord qui accuse la baisse la plus importante des investissements régionaux, ex-æquo avec le Saguenay Lac-Saint-Jean. La baisse est de 12,5 %, une donnée que relativise Guillaume Marchand.

Il rappelle que la Côte-Nord est une région favorisée par les ressources naturelles qui attirent les investisseurs étrangers, mais les investissements seront influencées par le prix des métaux. « Je dirais qu'il n’a rien à voir aux baisses qu’on a remarqué en 2014 suite à la construction de mines. »

Il reste encore beaucoup d’investissement en Côte-Nord, mais il y a eu une baisse de 12 %, mais ce n’est pas une grosse baisse, c’est une baisse plutôt modérée.

Guillaume Marchand, économiste de l'Institut de la statistique du Québec

M. Marchand rappelle que les projets importants d’Hydro-Québec ont apporté beaucoup de capitaux dans la région dans les dernières années.

Ces données sur les investissements sont basées sur des enquêtes auprès des entreprises et du gouvernement. Elles servent d’élément pour déterminer la croissance d’une région.