Retour

La grève au casino Caesars de Windsor est terminée

Après 60 jours de grèves et deux ententes de principes rejetées, les 2300 employés du casino Caesars de Windsor ont maintenant un nouveau contrat de travail qui sera valide pour trois ans.

Dave Cassidy, président de la section locale 444 du syndicat Unifor, estime que 75 % des 2000 membres qui ont voté ont ratifié l'entente.

M. Cassidy affirme que c'est la proposition d'un contrat de trois ans au lieu de quatre qui a fait la différence pour les salariés.

L'offre patronale comprend notamment une hausse salariale de 1 dollar 75 sur trois ans et des primes de signature.

L'atmosphère à la sortie du club Ciociaro, où avait lieu le vote, était plus tempérée que lors des derniers votes. Pam Caruana, une employée occasionnelle, est satisfaite de l'entente de principe même si elle sait que ce n'est pas le cas de tous ses collègues. Elle estime que certains enjeux qui la concernent ont été réglés, comme le fait de pouvoir garder l'entièreté de ses pourboires.

Mme Caruana a peur que certains clients ne viennent plus au casino à cause de la grève qui dure depuis le 6 avril. Elle garde toutefois espoir.

Même son de cloche pour Mike Quaglia qui est lui aussi un employé au casino. « J'ai pensé que [l'entente] était juste. Nous sommes [en grève] depuis assez longtemps et c'est le temps de retourner travailler », selon M. Quaglia.

Retour à la normale

Le casino Caesars de Windsor se dit heureux que la grève se termine et affirme avoir hâte d’accueillir ses clients.

Le communiqué de presse indique également que l’établissement rouvrira ses portes à 11 h le jeudi 7 juin et que tous les commerces, incluant les restaurants et la billetterie, reprendront leurs heures normales d’exploitation dès la réouverture.

L’information relative aux spectacles reportés et aux réservations de chambres d’hôtel et au restaurant Neros est disponible sur le site web du casino.

Les deux parties avaient annoncé être de retour à la table de négociations samedi matin. Cette reprise des négociations intervenait après « des discussions exploratoires  » entre l'employeur et les dirigeants syndicaux qui s'étaient déroulées avec l'aide d'un médiateur.

Le président national d'Unifor, Jerry Dias, avait déclaré samedi matin être à la recherche d'une entente rapide.