Retour

La grève est reportée au chantier naval Irving d'Halifax

Quelques heures avant le déclenchement possible d'une grève, les travailleurs syndiqués du chantier naval Irving, à Halifax, retournent à la table des négociations.

Irving a informé le syndicat que la partie patronale était prête à discuter en toute bonne foi de certaines des préoccupations des travailleurs, a indiqué un porte-parole d’Unifor, Adam Hersey, dans un communiqué vendredi après-midi.

Mercredi dernier, les ouvriers avaient rejeté à 75 % une entente de principe conclue entre leur syndicat et la direction du chantier. Ils avaient aussi donné un préavis de 48 heures avant le déclenchement possible d’un arrêt de travail. Les piquets de grève étaient donc prêts pour samedi matin, avant que ne surviennent ces nouveaux développements.

Les 800 syndiqués membres de la Fédération des travailleurs de construction navale, affiliée à Unifor, construisent des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique pour le gouvernement du Canada. Leur convention collective est échue depuis la fin du mois de décembre.

Selon le syndicat, Irving Shipbuilding proposait dans l’offre rejetée cette semaine une augmentation salariale de 1,5 % par année pour les quatre prochaines années, mais n’incluait aucun congé de maladie pour les travailleurs. Pourtant, indiquait le syndicat, les cadres d’Irving Shipbuilding y ont droit. Nous avons constaté que des travailleurs font face à des mesures disciplinaires inutiles, ajoutait Adam Hersey.