Retour

La hausse des taux d'intérêt pourrait stimuler le dollar canadien

Si vous prévoyez voyager aux États-Unis cet été, surveillez l'annonce probable de la hausse du taux directeur de la Banque du Canada mercredi prochain. Cette hausse est susceptible d'attirer des investissements étrangers et, par ricochet, d'augmenter la valeur du dollar canadien, expliquent des experts.

Le dollar canadien valait 77,61 cents américains vendredi, après une augmentation d'un peu plus de 0,6 %. Les experts avancent maintenant leurs prédictions quant à la prochaine hausse du huard, après la décision attendue de la Banque du Canada.

« Il reste encore de l'espace à gagner pour le dollar canadien », a déclaré Adam Button, analyste chez ForexLive.com, qui s'attend à ce que le huard atteigne 78 cents après une hausse des taux d'intérêt et jusqu'à 80 cents américains au cours du mois suivant.

Les observateurs ont décelé la volonté d’augmenter le taux directeur de la Banque centrale au lendemain de la sortie de la première sous-gouverneure Carolyn Wilkins, le 12 juin, a ajouté l'analyste.

Cette confiance a été renforcée par les commentaires du gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz, lors de deux entrevues : l'une accordée à la chaîne CNBC en juin et l'autre, récente, avec un journal allemand.

Shaun Osborne, stratège en devises étrangères de la Banque Scotia, s'attend également à ce que le huard atteigne 78 cents américains « dans un avenir proche ».

« Il s'agit simplement de savoir comment les marchés interprètent les décisions de la banque », a déclaré le stratège.

Karl Schamotta, directeur de la stratégie du marché mondial chez Cambridge Global Payments, estime aussi que le dollar canadien pourrait prendre de la vigueur lors de l'annonce d'une augmentation du taux directeur.

Le directeur s'attend également à ce que la déclaration d'accompagnement de la Banque du Canada soit faite sur un ton prudent, réduisant la pression à la hausse sur le dollar canadien.

Si la Banque du Canada augmente ses taux deux fois cette année, ce sera l'effet miroir de sa démarche en 2015, lorsqu'elle avait réduit les taux d'intérêt pour soutenir l'économie canadienne, en raison de la chute des prix du pétrole.

M. Schamotta a déclaré que la Banque centrale pourrait augmenter les taux d'intérêt afin de freiner la tendance des Canadiens à emprunter de l'argent.

Donc, plutôt qu'une hausse des taux d'intérêt reflétant « la lumière au bout du tunnel », a déclaré le directeur de chez Cambridge Global Payments, « ce sera peut-être le train ».

Avec les ménages canadiens qui portent un lourd fardeau de dettes, la hausse prévue du taux directeur de la Banque du Canada pourrait également représenter un risque pour le marché immobilier canadien, a nuancé l'analyste Adam Button.

Plus d'articles

Commentaires