Retour

La HDR, nouveau standard en télé ou feu de paille?

Si vous êtes à la recherche d'un téléviseur, vous avez sûrement entendu parler d'une nouvelle technologie, la HDR, qui promet des images d'une qualité inégalée. Mais s'agit-il d'un autre flop commercial comme la télé 3D?

Un texte de Normand Grondin

Après la HD, la 3D, le 4K et sa jumelle l'ultra-haute définition (UHD), les fabricants de téléviseurs et les détaillants font maintenant tous la promotion d'un nouveau standard de qualité : la HDR.

HDR pour high dynamic range. En français : « imagerie à grande gamme dynamique ».

Que promet la HDR? Essentiellement, des images beaucoup plus contrastées et lumineuses que celles produites par la télé haute définition ordinaire, qui a tendance à adoucir les lumières naturelles, ce qui leur enlève du « punch » à l’écran.

Au contraire, la HDR nous donnera une plus grande gamme dynamique, explique Pierre Robidoux, spécialiste des nouvelles technologies de radiodiffusion à Radio-Canada. « C’est-à-dire un plus grand contraste entre le 100 % noir et le 100 % blanc et toutes les couleurs entre les deux. C’est un peu, ajoute-t-il, comme si on avait plus de crayons dans notre boîte de crayons. »

Un peu comme l'oeil humain

En fait, la HDR permet de s’approcher de ce que l’oeil humain perçoit en matière de gamme dynamique, de ce qu'on voit naturellement, entre autres plus de détails dans les zones sombres ou fortement éclairées. « Les gens disent souvent qu’ils ont l’impression de regarder à travers une vitre, tellement l’image HDR est claire et lumineuse », précise M. Robidoux.

Pour l’instant, la HDR destinée au marché des consommateurs permet d’obtenir de 10 à 15 fois plus d’intensité lumineuse à l’écran qu’un téléviseur HD ordinaire. Et dans un avenir rapproché, on pourrait obtenir jusqu’à 50 ou 60 fois plus d’intensité.

Mais avant d'acheter une télé HDR, il faut savoir que cette technologie n'est offerte que sur les nouveaux téléviseurs 4K ou UHD, qui ont une résolution de huit millions de pixels. Et encore, pas sur tous les téléviseurs 4K ou UHD : il faut donc vérifier au moment de l’achat.

Une programmation limitée pour l'instant

De plus, l'offre télévisuelle en HDR est encore très faible. Netflix, Amazon et YouTube commencent tout juste à produire ou à diffuser en HDR. Quant aux studios de cinéma américains, ils ont commencé à produire quelques films en HDR, offerts en format Blu-ray 4K/UHD.

Mais la situation pourrait changer d’ici quelques années.

« Rappelez-vous le HD au début des années 2000, explique Stéphane Avon, conseiller chez Fillion Électronique. Il n'y avait pas beaucoup de contenu, puis ça a augmenté graduellement et aujourd'hui, tout est en haute définition. » Il croit que la demande des consommateurs fera en sorte que tout sera produit d’abord en 4K/UHD, et plus tard en HDR.

Du côté des grands diffuseurs, on commence tout juste à étudier ce nouveau produit, fait remarquer Pierre Robidoux, de Radio-Canada. Il faudra entre autres choisir lequel des standards HDR existants (HDR10 ou Dolby Vision) on adoptera et régler une foule de problèmes technologiques avant de le proposer aux téléspectateurs, puisque toute la chaîne de production doit être en HDR pour assurer la qualité de l’image.

« Ce n’est pas juste un gadget »

« Les diffuseurs comme CBC/Radio-Canada ont de grands défis devant eux, mais tout ça se fait en consortium, avec les autres diffuseurs nord-américains et européens », mentionne M. Robidoux. Par contre, si tout le monde va dans la même direction, la HDR a de l’avenir, selon lui : « ce n’est pas juste un gadget technologique ».

Il faut prévoir un bon budget pour se payer la HDR, parce que la plupart des téléviseurs qui en sont équipés se trouvent dans une fourchette de prix moyens ou élevés, précise Stéphane Avon, de Fillion électronique. « C'est sûr que si les gens ont un budget pour une 55 pouces de 1300 $ à 1500 $, ce ne sera pas HDR. Par contre, s'ils ont un budget de 2000 $ à 3000 $ ou plus, là, ils devraient en obtenir une. »

Finalement, certains consommateurs trouveront que la HDR en fait trop, que l’image est à la limite du seuil de ce qu’ils considèrent comme plaisant à l’oeil, ou même qu'elle le dépasse. Bref, tout est une question de goût.

Plus d'articles

Commentaires