Retour

La menace d'une grève plane sur les chantiers Irving d'Halifax

Les ouvriers syndiqués du chantier naval Irving, à Halifax, pourraient déclencher la grève dès samedi matin.

Mercredi, ils ont rejeté à 75 % une entente de principe conclue entre leur syndicat et la direction du chantier. Ils ont aussi donné un préavis de 48 heures avant le déclenchement possible d’une grève.

Les 800 employés sont membres de la Fédération des travailleurs de construction navale, affiliée à Unifor.

« Nos membres sont extrêmement frustrés, nous avons constaté que des travailleurs font face à des mesures disciplinaires inutiles et ce qu’Irving nous offre ne répond pas aux préoccupations des employés », écrit un représentant local d’Unifor, Adam Hersey, dans un communiqué.

Les 800 syndiqués de la Fédération des travailleurs de construction navale construisent des navires de patrouille extracôtiers et de l’Arctique pour le gouvernement du Canada. Leur convention collective est échue depuis la fin décembre.

Selon le communiqué du syndicat, Irving Shipbuilding offrait une augmentation salariale de 1,5 % par année pour les quatre prochaines années, mais n’incluait aucun congé de maladie pour les travailleurs. Pourtant, indique le communiqué, les cadres d’Irving Shipbuilding y ont droit.

Les syndiqués ont le droit de débrayer dès samedi matin, à 9 h, si les parties ne réussissent pas à s’entendre.