Retour

La minière First Nickel placée sous séquestre

Nouveaux déboires pour First Nickel : le principal bailleur de fonds de la minière fait appel à la Loi sur la faillite et l'insolvabilité pour ravoir son investissement.

Un syndic de faillite a été nommé jeudi matin par la Cour supérieure de l'Ontario pour récupérer les fonds du principal investisseur de First Nickel, actuel propriétaire de la mine de Lockerby, à Sudbury.

Dans un avis de requête déposé à Toronto, la compagnie Resource Capital Fund affirme que First Nickel lui doit l'équivalent de 15,7 millions de dollars américains.

Toujours selon les documents légaux, la minière devrait également 12,6 millions de dollars américains à l'entreprise West Face, un autre investisseur. 

La Bourse de Toronto a suspendu les actions ordinaires de First Nickel Inc. (Symbole : FNI), il est donc interdit de vendre ou d'acheter des actions de la compagnie à partir de maintenant.

Cette annonce survient au lendemain de la publication des résultats financiers dévastateurs de la compagnie, qui a perdu près de 31 millions de dollars en trois mois et 48 millions depuis le début de l'année.

Des pertes principalement liées à la baisse du prix du nickel, qui est passé de près de 9 $ la livre à un peu plus de 4,50 $ la livre.

Selon Robert Lalonde, gérant d'une entreprise qui vend de l'équipement minier, l'impact se fait sentir partout dans l'industrie.

Dans le même rapport financier, First Nickel dit s'attendre à ce que la mine Lockerby, à Sudbury, soit « mise en mode maintenance et surveillance ou fermée », ajoutant que la fermeture pourrait amener ses investisseurs à entreprendre des recours légaux et que la compagnie pourrait cesser complètement ses opérations.

Nouvelles mises à pied

Selon les documents obtenus par Radio-Canada, les 93 employés qui travaillaient encore pour First Nickel ont été informés de mises à pied mercredi.

Environ 32 personnes devraient garder leur emploi de façon temporaire, entres autres pour aider au nettoyage et à la vente de l'équipement de la mine.

Des porte-parole de First Nickel ont rencontré des membres du syndicat Unifor jeudi après-midi.

En juillet, First Nickel avait annoncé une nouvelle vague de compressions à la mine Lockerby. Le syndicat représentant les mineurs prévoyait que 90 personnes perdraient leur emploi d'ici novembre 2015.

Plus d'articles

Commentaires