Retour

La ministre Mélanie Joly veut aider la presse locale

Les dirigeants des journaux acadiens, dont l'Acadie Nouvelle et le Moniteur acadien, qui multiplient les efforts pour surmonter l'énorme défi financier qui se dresse devant eux pourraient obtenir l'aide financière tant attendue du gouvernement fédéral lors du prochain budget.

La question a été abordée lors d’une réunion, jeudi, entre la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, et la Fédération nationale des communications (FNC-CSN) qui compte près de 6000 membres.

Le président de l'Association de la presse francophone, Francis Sonier, est satisfait de cette annonce.

« Il y a quelque chose qui bouge, affirme M. Sonier. Les lettres qu'on a envoyées ont eu un impact sur les hauts fonctionnaires et surtout sur les ministres. »

Il estime que la presse francophone d’un océan à l’autre a perdu 1,5 million de dollars par année en publicités gouvernementales depuis 12 ans. Ces publicités sont un moyen de financer les journaux francophones locaux.

Francis Sonier, qui est aussi éditeur-directeur de l'Acadie Nouvelle, au Nouveau-Brunswick, veut récupérer cette somme. « C’est un montant qui nous semble raisonnable. Il faut bouger. Depuis deux ans, les dépenses n’ont pas diminué », dit-il.

Il aimerait qu'un plan d'urgence soit mis sur pied afin qu'Ottawa aide les journaux avant le prochain budget.

Le financement pour les journaux se fait par l'intermédiaire du Fonds du Canada pour les périodiques, mais ce fonds de 75 millions de dollars par année fait l'objet d'un examen afin d'être adapté à l'ère numérique.

Les revenus publicitaires des journaux ont fondu au cours des dernières années au profit des géants du Web comme Facebook et Google.

Avec les informations de Thibault Jourdan