Retour

La Nouvelle-Écosse espère vendre l’an prochain deux édifices historiques à Halifax

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse espère vendre une propriété historique du centre-ville d'Halifax à des intérêts privés en 2017.

Le ministre responsable du dossier, Labi Kousoulis, s’attend à ce que l’appel de soumissions soit lancé en janvier. Il ajoute que tout acheteur pourrait prendre possession des lieux quelques mois plus tard.

Le gouvernement invitera le secteur privé à lui faire des offres pour l’achat d’une propriété de la rue Granville qui comprend l’édifice du Acadian Recorder, l’édifice Dennis et le terrain de stationnement situé entre les deux.

Labi Kousoulis promet de faire en sorte que la façade de l’édifice Dennis soit protégée. L’autre bâtiment fait quant à lui partie des édifices patrimoniaux de la Ville d’Halifax. Tout acheteur devra en tenir compte.

Le Acadian Recorder était un journal publié durant une trentaine d'années au début du 20e siècle.

La fin d’un entretien coûteux?

La vente éviterait au gouvernement les coûts des mesures nécessaires pour assurer que l’édifice Dennis ne se détériore davantage et vienne à constituer un risque pour la sécurité publique.

L’édifice abritait autrefois une partie de la bibliothèque de l’Assemblée législative et des bureaux gouvernementaux. Le personnel a quitté les lieux en 2013 en raison de problèmes de qualité de l’air.

Les autorités provinciales ont ensuite fait retirer de l’édifice la moisissure et l’asbestos qu’il renfermait. D’autres travaux ont été exécutés pour qu’on puisse éteindre le chauffage et couper l’eau à l’exception du système d’extincteurs.

Cette semaine, les échafaudages qui entouraient partiellement l’édifice pour protéger les passants de possible chutes de débris de maçonnerie ont dû être remplacés parce que l’entreprise qui les louait à la province voulait les récupérer.

Le coût du remplacement s’élève à plus de 46 000 $. La location des anciens échafaudages pendant trois ans a coûté près de 40 000 $. Le ministre Kousoulis souligne que son gouvernement avait choisi les offres les moins coûteuses.

Plus d'articles

Commentaires