Retour

La Nouvelle-Écosse veut ouvrir toute grande la baie de Fundy à l'énergie motrice

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse élargit l'accès à la baie de Fundy pour les entreprises qui veulent y installer des turbines marémotrices.

Le ministre provincial de l’Énergie, Geoff MacLellan, a présenté le projet de loi 29 en chambre, jeudi. Il ouvre la voie au développement d’une industrie de l’énergie marémotrice dans la province.

Il s’agit essentiellement d’un amendement à la loi actuelle, permettant au gouvernement de délivrer des permis pour l’installation d’hydroliennes de cinq mégawatts et moins partout dans la baie de Fundy. En ce moment, des turbines marémotrices ne peuvent être installées que dans le passage Minas. Cinq mégawatts représentent environ la puissance de deux grandes éoliennes.

Au total, le gouvernement provincial ne délivrera des permis que pour une production totale de dix mégawatts dans la baie de Fundy. Les permis seront de cinq ans, mais pourront être renouvelés jusqu’à un maximum de 18 ans.

« Ça encouragera l’innovation en permettant à l’industrie de développer et d’essayer des petites turbines, peu dispendieuses », dit le ministre MacLellan.

Les hydroliennes de plus de deux mégawatts seront soumises à des évaluations environnementales formelles, mais les plus petites ne le seront pas. Geoff MacLellan assure toutefois que le gouvernement ne sacrifie pas l’environnement dans tout le processus.

« Aucun projet présentant un risque environnemental ne sera approuvé », dit-il. « On ne permettra pas de dommages à l'environnement simplement pour développer une industrie marémotrice. »

La seule hydrolienne installée récemment dans la baie de Fundy est celle de Cape Sharp Tidal Venture, d’une puissance de deux mégawatts. Elle a été déployée dans le fond du passage Minas en novembre 2016, mais a été retirée en juin pour permettre à l’entreprise de l'améliorer.

Une belle occasion

L’installation de cette turbine a d’ailleurs créé de l’opposition. Plus tôt cette année, une association de pêcheurs de la baie de Fundy a tenté sans succès d’arrêter le projet en ayant recours aux tribunaux. Ces pêcheurs estiment que le gouvernement a approuvé l’installation de l’hydrolienne de façon trop hâtive.

L’organisation Marine Renewables Canada, un groupe de pression de l’industrie, applaudit l’annonce du gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

« La baie de Fundy est reconnue comme le site le plus propice au développement de l’énergie marémotrice. Elle représente de belles occasions pour les projets de petite échelle et pour ceux de grande envergure. Il y a de la place pour les deux », dit la directrice générale de l’organisation, Elisa Obermann.

« Notre association compte 90 membres, canadiens et internationaux, et ils ont tous un intérêt pour la baie de Fundy. »

Plus d'articles

Commentaires