La plateforme pétrolière Hebron, construite à Terre-Neuve, sera remorquée en mer samedi après-midi, confirme ExxonMobil.

L’énorme structure flottante sera tirée par huit remorqueurs, qui la mèneront hors de la baie de Bull Arm. La plateforme est achevée depuis près d’un mois, mais ExxonMobil a dû attendre la fonte de l’épaisse couche de glace qui recouvrait la baie Trinity.

Elle sera remorquée jusqu'au gisement pétrolifère Hebron, situé dans le bassin Jeanne-d’Arc à 350 km au sud-ouest de Saint-Jean.

La plateforme, qui a coûté 14 milliards de dollars, prévoit commencer l'extraction pétrolière en fin 2017.

Haute de ses 278 mètres, la plateforme fait 130 m de diamètre à la base. La structure de 750 000 tonnes peut héberger 220 personnes. Il a fallu aux ouvriers 40 000 heures pour la construire, un projet qui a occupé le chantier de Bull Arm depuis 2011. À pleine capacité, Hebron devrait extraire 150 000 barils de pétrole chaque jour.

Sentiments partagés chez les résidents de Sunnyside

Le calme est revenu dans la petite localité de Sunnyside, située tout au fond du bras de mer Bull Arm. Pendant six ans, la plateforme Hebron était visible en permanence. « Plusieurs se réjouiront sûrement de son départ », dit le maire de Sunnyside, Robert Snook, à CBC.

Les pêcheurs de Sunnyside reprendront leurs droits, ayant accès aux zones autrefois bloquées par le chantier. Pourtant, le maire demeure nostalgique.

La municipalité est devenue habituée à la présence de plateformes pétrolières en construction. Son chantier a vu quatre grands projets s'y développer, dont la plateforme Hibernia, toujours en service. Cette dernière, premier projet pour Sunnyside, a commencé l'extraction en 1997. Le chantier a ensuite produit le navire d'extraction Terra Nova, qui a embauché jusqu'à 1600 travailleurs, puis la plateforme Henry Goodrich, mise en service au gisement White Rose. Pour le maire, c'est pourtant le projet de Hebron qui a apporté le plus à la communauté. « Ç'a été le projet le plus positif, de mon point de vue... Nous avons bien fait. »

Au cours de la construction, Sunnyside a reçu 225 000 $ tenant lieu d'impôts fonciers d'ExxonMobil chaque année. La municipalité a déposé le tout dans un fonds de legs, pour un projet jusqu'à maintenant indéterminé.

Avec le déclin de l'industrie du pétrole à Terre-Neuve, le maire s'interroge sur l'avenir du chantier à Bull Arm. « En verrai-je un autre comme ça? J'en doute », dit-il, en contemplant la plateforme Hebron qui domine l'horizon.

Plus d'articles

Commentaires