Retour

La présidence de Donald Trump pourrait toucher l'industrie agricole des Prairies, croient des fermiers

Les éleveurs de bétail présents à la foire agricole Agribition sont conscients que l'élection de Donald Trump pourrait avoir un effet sur leur industrie.

Lors de la campagne, le président américain désigné a notamment promis de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) : le pire accord commercial de l'histoire, selon lui.

Si les éleveurs doutent que le président élu mette un terme à l'ALENA, certains admettent que l'inconnu quant à ce que réserve à leur industrie la prochaine présidence les rend nerveux.

« Tout le monde ignore ce qui va se passer », reconnaît le directeur général de l'Association des éleveurs bovins de la Saskatchewan.

Ryder Lee croit cependant qu'il y a peu de risques que les États-Unis mettent fin à une entente de libre-échange avec le Canada. « Fermer la porte à des échanges avec n'importe quel pays est normalement synonyme de pertes d'emploi et obligerait les clients locaux à payer plus cher pour des produits de chez eux », laisse-t-il entendre.

Les États-Unis et la Saskatchewan partenaires

Les États-Unis sont les plus grands importateurs de boeufs, de porcs et de grains de la Saskatchewan.

Gill Harvie copropriétaire de Harvie Ranching, basée à Olds en Alberta, se rassure en se disant que Donald Trump ne pourra pas prendre les décisions seul.

Il va avoir d'autres personnes autour de lui qui vont regarder l'économie. Ils vont savoir que nous sommes vraiment un partenaire avec les États-Unis.

Gill Harvie, copropriétaire, Harvie Ranching

Selon elle, les conseillers dont va s'entourer le futur président d'ici son entrée en poste sauront le convaincre du bien-fondé des relations commerciales entre la Saskatchewan et les États-Unis.

D'après les informations de Jessica Hébert