Retour

La privatisation des services d’alimentation des hôpitaux inquiète au N.-B.

L'arrivée de l'entreprise privée dans les cafétérias des hôpitaux du Nouveau-Brunswick est loin de faire l'unanimité. La préparation des repas sera bientôt confiés à la multinationale Sodexo. L'opposition craint une détérioration de la qualité de la nourriture servie aux malades.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé au début du mois qu’il privatiserait la gestion des services alimentaires, d’entretien et de transports aux malades sur le Réseau de santé Vitalité.

Plusieurs services, dont l’entretien et la préparation des repas dans tous les hôpitaux du Nouveau-Brunswick, seront bientôt confiés à la multinationale Sodexo.

« Ils desservent 75 millions de clients chaque jour à travers le monde, alors on peut dire qu’ils connaissent la business, comme on dit », a commenté le ministre de la Santé, Victor Boudreau.

Ce dernier dit que la multinationale Sodexo pourra acheter ses produits où elle le souhaite, ce qui déçoit ceux qui espéraient que les hôpitaux servent des aliments locaux.

De leur côté, les partis d’opposition à Fredericton s’inquiètent toutefois de la qualité de la nourriture qui sera servie par la multinationale.

« Si c’est possible que Vitalité assure la qualité et la fraîcheur de la nourriture et améliore la qualité des services offerts, et aussi économise pour les contribuables du Nouveau-Brunswick, ce serait mieux », pense le député progressiste-conservateur de Federicton-Ouest-Hanwell, Brian Macdonald.

« La nourriture est clé pour votre bonne santé, donc c’est important d’avoir la bonne nourriture dans l’hôpital », a ajouté le député du Parti vert, David Coon.

Pas de politique d’achat local dans les hôpitaux

Cette privatisation survient alors que plusieurs groupes tentent de convaincre le gouvernement de favoriser l’achat de produits locaux, et frais, dans les hôpitaux, comme cela se fait dans les écoles.

Mais le ministre Boudreau a été clair : il n’y aura pas de politique d’achat local dans les hôpitaux.

« Il n’y en a jamais eu, et il n’y en a pas de prévu dans ce contrat », a-t-il répondu.

« Avec le contrat, il faut quand même permettre à Sodexo de fonctionner avec son réseau de fournisseurs, c’est là aussi en partie où on va chercher des économies », a poursuivi le ministre de la Santé.

Ce dernier assure que Sodexo offrira des repas mieux adaptés aux besoins de chacun des malades.

D'après le reportage de Michel Corriveau

Plus d'articles